Dégradation des terres : un défi économique et environnemental mondial

0

Le monde se mobilise pour restaurer les terres dégradées et renforcer la résilience face à la sécheresse en cette Journée mondiale de l’environnement. De nombreuses initiatives locales et internationales sont mises en place pour reboiser, revitaliser les sols et promouvoir des pratiques agricoles durables. Les gouvernements, les organisations environnementales et les citoyens unissent leurs efforts pour sensibiliser le public aux enjeux climatiques et encourager des actions concrètes. Ces efforts collectifs visent non seulement à protéger notre planète, mais aussi à assurer un avenir plus sûr et plus prospère pour les générations futures.

Des statistiques alarmantes illustrent l’urgence d’agir pour la préservation des écosystèmes, la sécurité alimentaire et l’avenir de la planète. En effet, 40% des terres de la planète sont déjà dégradées, selon la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD). Cela équivaut à environ 3 milliards d’hectares, soit une superficie plus grande que la Chine. Cette dégradation affecte directement la moitié de la population mondiale, soit environ 4 milliards de personnes. Outre ses répercussions humaines, cette perte de terres fertiles conduit à une diminution dramatique de la biodiversité, la disparition d’espèces végétales et animales et une réduction des ressources naturelles disponibles. Les écosystèmes fragiles, tels que les mangroves et les forêts tropicales, subissent des pressions croissantes dues à la déforestation et à l’exploitation minière, intensifiant les effets du changement climatique. Face à ce constat, des actions concertées à l’échelle internationale sont indispensables pour inverser cette tendance et protéger les générations futures de ses impacts dévastateurs.

Par ailleurs, les sécheresses ont augmenté de 29% depuis 2000. Ce phénomène contribue à aggraver la dégradation des terres et à réduire la production agricole, menaçant ainsi la sécurité alimentaire des populations les plus vulnérables. Les sécheresses prolongées non seulement affectent les cultures mais entraînent également une diminution des ressources en eau, ce qui impacte l’élevage et, par conséquent, les moyens de subsistance de nombreux agriculteurs. Sans action urgente, les sécheresses pourraient toucher plus de trois quarts de la population mondiale d’ici 2050, exacerbant les crises humanitaires. En l’absence d’une inversion de la tendance, la sécheresse risque de transformer plus de 75% de la terre en un désert aride d’ici 2050, ce qui provoquerait des déplacements massifs de populations à la recherche de meilleures conditions de vie, augmentant ainsi la pression sur les zones non directement touchées.

De plus, La dégradation des terres représente un gouffre économique considérable de l’ordre de 44 000 milliards de dollars, soit, la moitié du PIB mondial, portant préjudice à l’avenir économique de nombreux pays. Cette dégradation affecte non seulement l’agriculture en réduisant la productivité des sols, mais entraîne aussi des conséquences environnementales graves telles que la perte de biodiversité, l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre, et l’aggravation des effets du changement climatique. Les communautés rurales, qui dépendent fortement des terres pour leur subsistance, sont particulièrement vulnérables, engendrant des migrations forcées et accentuant les inégalités sociales et économiques.

Il n’est pas possible de remonter le temps, mais il est possible de faire pousser des forêts, faire revivre les sources d’eau et restaurer la fertilité des sols. En plantant des arbres et en prenant soin de notre environnement, nous pouvons créer un héritage durable pour les générations futures. Les forêts ne se contentent pas de fournir de l’oxygène; elles abritent également une incroyable biodiversité et jouent un rôle crucial dans la régulation du climat. Quant aux sources d’eau, leur restauration est essentielle pour assurer un approvisionnement en eau douce à long terme, un besoin fondamental pour toutes les formes de vie. De même, la restauration de la fertilité des sols favorise une agriculture plus productive et durable, créant ainsi un équilibre entre l’homme et la nature.

Face à ce défi immense, la Journée mondiale de l’environnement cette lance un appel à la mobilisation collective. Il est temps de passer à l’action et d’investir dans la restauration des terres pour un avenir durable.

À travers le monde, les forêts stockent encore l’équivalent de près d’un milliard de tonnes de carbone. Pour ajouter à ce chiffre l’équivalent de « 500 milliards de tonnes de CO2 ou 136 milliards de tonnes de carbone, il faudrait augmenter de 14% la couverture forestière ». D’autre part, l’Institut de Stockholm pour l’environnement estime que la restauration des forêts dans les zones tropicales pourrait à elle seule absorber 220 à 330 milliards de tonnes de CO2. Ces chiffres impressionnants mettent en lumière l’importance cruciale de la préservation et de la restauration des forêts pour lutter contre le changement climatique. En effet, les arbres jouent un rôle essentiel en absorbant le dioxyde de carbone de l’atmosphère et en le stockant sous forme de biomasse, ce qui contribue à réduire l’effet de serre. En plus de leur fonction de puits de carbone, les forêts sont également des habitats vitaux pour une biodiversité inestimable et offrent des services écosystémiques indispensables, tels que la régulation des cycles de l’eau et la protection des sols. (Source : ONU UNICEF, WEKA, UNPE)

Laisser un commentaire