AGNU : Macky Sall plaide pour l’accès à l’énergie, l’assainissement et la protection de l’environnement

0

L’Assemblée générale des Nations unies sur le développement tenue ce 28 septembre à New York a été l’occasion pour le président de la République de s’exprimer sur les Objectifs du millénaire pour le Développement (Omd). Des objectifs, qui il y a quinze ans, selon Macky Sall, suscitait l’espoir de «faire reculer la pauvreté, combattre la faim, la maladie et l’exclusion sociale, promouvoir l’éducation et l’égalité des sexes, et assurer une meilleure protection de l’environnement» indique le texte parvenu à vivafrik.com. Malgré des efforts significatifs qui ont été consacrés à l’éducation, la santé, l’amélioration de la condition de la femme et l’accès à l’eau potable ces quinze dernières années, le chef de l’Etat estime que «nous sommes encore loin du compte à l’heure du bilan dans ces domaines comme dans d’autres cibles. »

Poursuivant ses propos, il affirme que « dans nombre de pays, l’élimination de la faim, la réduction de la mortalité maternelle et infantile, l’accès à l’énergie et à l’assainissement et la protection efficace de l’environnement restent encore des objectifs à atteindre» martèle-t-il. Ajoutant qu’ « à travers le monde, des millions d’hommes et de femmes de tous âges continuent de vivre dans l’extrême dénuement. » Se souvenant qu’ « en juillet dernier, à Addis-Abeba, la 3e Conférence sur le financement du développement a montré nos limites dans la mobilisation des ressources au soutien des politiques de développement, monsieur Sall espère que, dans quelques semaines, la Conférence de Paris sur le climat nous donnera l’occasion d’agir ensemble pour freiner le réchauffement climatique» laissait- il entendre.

N’occultant pas la planète qui mérite aussi protection, le président en exercice de la Cedeao indique qu’ « il y va du  devenir de notre planète, notre seul et unique habitat. Là aussi, nous savons sans équivoque ce qu’il faut faire avant qu’il ne soit trop tard. Des normes ont été établies, notamment la responsabilité commune mais différenciée et le principe du pollueur-payeur » dira monsieur Sall qui garde tout espoir pour le succès de la COP21. A cet effet, Macky Sall lance vibrant appel envers ses pairs pour que ces obligations soient pleinement assumées à la conférence de Paris. Ainsi, « nous pourrons contenir l’émission des gaz à effet de serre, mobiliser les ressources nécessaires au financement du Fonds vert pour le climat, soutenir les efforts d’adaptation aux changements climatiques et contribuer au transfert de technologies adaptées aux besoins des pays cibles » révèle le chef de l’Etat avant d’expliquer que « les ressources du Fonds vert et le transfert de technologies adaptées ne procèdent pas de l’aide. Il s’agit, en réalité, de compenser la perte de compétitivité des pays éligibles, auxquels on a demandé, pour la sauvegarde de notre environnement commun, de renoncer à des énergies moins coûteuses, mais plus polluantes, que les pays nantis ont utilisées sur des siècles pour assurer leur développement ». Concluant que
le monde meilleur que nous voulons, dans une planète viable pour les générations actuelles et futures, est à ce prix.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire