Agriculture et adaptation au changement climatique en Afrique : 18 milliards $/an seraient nécéssaires

0

Il faut aider les petits agriculteurs africains à s’adapter au changement climatique africain ou sinon le continent risque de retomber dans les situations de crises alimentaires dont elle peine à s’extirper. C’est la conclusion du dernier rapport du panel de Montpellier. Ce groupe d’experts européens et africains des domaines de l’agriculture, du commerce, de l’écologie et du développement mondial dénonce le faible niveau du financement dédié à l’adaptation des petits producteurs africains au changement climatique.

agenceecofin.com du 28 septembre dernier, parcouru par vivafrik.com indique qu’alors que les besoins annuels de ce combat s’élèvent à 18 milliards de dollars, le continent n’a  reçu, sur la période allant de 2003 à 2013, qu’un financement de 2,3 milliards de $ dont seulement 45% ont été consacré à la cause de l’adaptation. Si rien n’est fait, la hausse des températures en Afrique entraînera des pertes agricoles qui représenteront entre 2 et 7% du Produit intérieur brute (Pib) du continent à l’horizon 2100.

Cette situation entraînera une augmentation du prix des denrées alimentaires qui amplifiera la malnutrition infantile. Ainsi, comme le souligne  Sir Gordon Conway, directeur du groupe Agriculture for Impact et coordonnateur du panel de Montpellier, « Les progrès réalisés dans la lutte contre la faim et la pauvreté en Afrique ces vingt dernières années n’auront servi à rien si on n’agit pas pour contrer les effets du changement climatique» prévient-il.

Il faut noter que cet appel intervient à quelques semaines de la COP 21 de Paris sur le climat où pourrait se jouer un acte majeur de la lutte de l’humanité contre les problèmes climatiques que son activité engendre.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire