Perspective de développement durable du Sénégal : Mise en marche

0

Gestion durable des déchets à Touba
Une réunion de « sensibilisation » sur la gestion des ordures à Touba, en vue d’une meilleure implication des populations dans le programme visant à assainir la ville est l’objectif, du gouvernement du Sénégal. Présenté au public les « résultats » et les « perspectives » d’un programme de l’Etat, Alassane Mbengue, le directeur de cabinet du ministre de la Gouvernance locale, a évoqué lors de la réunion « le travail important qui a été fait par l’Etat pour la commune de Touba-Mosquée », dans le cadre d’un programme financé par la Banque islamique de développement (BID) pour 14 milliards de francs CFA, au profit de plusieurs villes du Sénégal. A en croire actuvert, le programme financé par la BID a permis la collecte de 54 mille tonnes de déchets dans cette ville et la création de 115 emplois dans la collecte des ordures, selon Sergine Abdou Ahad Gaindé Fatma, un responsable local. « Les déchets ne sont plus un problème, mais une opportunité pour les populations de Touba », a-t-il souligné.

La Sodefitex se lance dans le développement économique durable
La PME cotonnière Sodefitex se diversifie dans les céréales et les services au développement agricole. En charge de la diversification de la Société de développement et des fibres textiles (Sodefitex), Ahmed Bachir Diop et la PME cotonnière, filiale du français Geocoton, entend ne plus être à la merci des fluctuations des cours mondiaux du coton, mais aussi assurer aux planteurs des revenus réguliers.
Ainsi, l’entreprise agricole entend se lancer également dans le maïs et le riz nous apprend encore actuvert. Et par conséquent, reproduire dans ces filières les méthodes qui ont fait son succès dans le coton, à savoir un engagement en amont et la conclusion de contrats de récolte avec les paysans, ainsi qu’une attention dédiée à la qualité de la production.

Des moyens techniques pour alléger le travail des femmes rurales
C’est au total 477 équipements qui viennent d’être offerts aux femmes rurales de la région de Fatick. Un geste qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Urgence de Développement Communautaire.
Il s’agit essentiellement des moulins, batteuses, décortiqueuses, broyeuses d’arachide, presses à huile entre autres. En clair, des machines destinées à soulager ces femmes du pénible fardeau de la transformation des céréales. A signaler que « 5 500 équipements d’un coût global de 9 milliards vont être distribués aux femmes rurales à l’échelle nationale d’ici fin 2017 », a promis Le Directeur du PUDC Cheikh Diop qui précise que l’Etat s’est inscrit dans une dynamique de corriger les inégalités entre les centres urbains et le monde rural. Nous source Vivafrik.
Après les femmes de Fatick c’est au tour de celles de Kolda.

Le PADAER vient à la rescousse des femmes koldoises
42 organisations de femmes productrices viennent de bénéficier de kits d’équipement et des animaux de trait évalués à plus de 40 millions de francs CFA.
A travers ce geste le PADAER entend accompagner ces ménages vulnérables afin qu’ils puissent accroitre leurs productions vivrières notamment en riz dans la vallée de Saré Bidji et ses environs. Ainsi, ce projet remet, pour le compte de la campagne agricole en cours, du matériel agricole estimé à plus de 40 millions à une quarantaine d’organisations de productrices rurales dans les quatre sites ciblés. Et dans la seule commune de Saré Bidji, le PADAER prévoit une enveloppe de «17 à 18 millions pour 20 paires de bœufs, 8 ânes, 29 charrues, 8 houes sine entre autres » précise Vivafrik.
Ndéye Fatou Ndiaye / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here