Sénégal: « Avec le nouveau code minier […] la problématique de la Rse devra être plus contraignante » selon Ibrahima Sory Diallo

0

Les industries extractives sèment la terreur chez les populations qui habitent dans des zones minières. Des populations qui n’ont que l’activité agricole pour subvenir à leur besoin et ne savent pas où pleurnicher une fois que les industries extractives brandissent leur autorisation d’exploitation de ces terres.

Dans la zones de Darou Khoudoss (Thiès), elles « creusent sans remballer. Un acte qui contribue fortement à la déforestation, au déplacement des populations avec 18 villages dans cette localité sans mesure d’accompagnement» selon le président des Personnes affectées par les opérations minières (Pepam), Demba Fall Diouf qui n’est pas allé dos à la cuillère pour dénoncer « les coups de fouets » donnés par les industries extractives.

A titre d’exemple, un pied de manguier est acheté à 40 000f pour être déraciner alors que le propriétaire peut y gagner 50 000f chaque année, le citronnier à 6 000f, l’anacardier à 40 000f.

 « Avec le nouveau code minier qui a intégré de façon conséquente la prise en charge des questions sociales, la problématique de la Rse devra être plus contraignante », souligne le Secrétaire exécutif de l’ONG La Lumière, Ibrahima Sory Diallo.

C’était à l’occasion de la restitution des études sur les compensations, les ressources financières des collectivités locales en zones minières de la capitalisation du projet Osiwa 2626 de « Réduction de vulnérabilité des communautés vivant dans les zones d’exploitation minière du Sénégal » en partenariat avec ladite ONG, le vendredi 4 décembre 2015.

Par Saër SY

Laisser un commentaire