La sécheresse en Afrique du Sud fait chuter la production mondiale de maïs

0

  La production mondiale de maïs a été revue à la baisse à cause d’une sécheresse en Afrique du Sud, tout comme celle de soja après une moindre récolte aux Etats-Unis, selon les estimations mensuelles publiées mardi par le gouvernement américain et repris hier par terre-net.fr, lu par vivafrik.com.

La récolte de maïs pour la campagne commerciale 2015/2016 est réévaluée à 968 millions de tonnes, contre 974 estimées le mois dernier, indique le rapport du ministère américain de l’agriculture (Usda). L’Afrique du Sud, qui fournit habituellement en maïs ses voisins d’Afrique australe, devrait produire 4 millions de tonnes de moins que prévu « car la chaleur et la sécheresse prolongées pendant le mois de décembre ont encore réduit les perspectives de surfaces et de rendements » en perturbant le bon déroulement des semis, explique l’Usda. Les stocks mondiaux restent « record » mais « la moitié (de ce volume) est détenue par la Chine », souligne le rapport.  La production de maïs des Etats-Unis, premier producteur mondial, est aussi revue en légère baisse à cause de rendements moins bons que prévus. Malgré tout, « les stocks sont au plus haut depuis 2005/06 » aux Etats-Unis en raison du « rythme lent » des exportations et de la « forte concurrence des exportateurs sud-américains », explique le rapport. Ces chiffres confirment que « les exportations de maïs du Brésil, très compétitifs à cause de la chute du real, se font au détriment des Etats-Unis », explique Sébastien Poncelet, analyste chez Agritel.

La production de soja américaine est également revue en légère baisse (- 2 millions à 106 millions de tonnes), car les surfaces ont légèrement reculé. Une « concurrence accrue » avec l’Argentine a également ralenti les exportations de soja américaines, estime le gouvernement. Pourtant, les ventes de l’Argentine « ne sont pas encore colossales », avec seulement 600.000 tonnes supplémentaires de soja exportées, relève Sébastien Poncelet. L’Argentine a supprimé mi-décembre une taxe à l’exportation des céréales et réduit celle sur le soja, ouvrant la voie à un retour en force sur le marché des matières premières agricoles.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire