Danilo Turk appelle à une gestion collective de l’eau

0

Le président du panel mondial de haut niveau sur l’eau, Danilo Turk a invité, mardi 5 avril à Dakar, les Etats à reconnaître la ressource hydrique comme «un atout» stratégique pour toute l’humanité, soulignant la nécessité d’en faire une gestion collective.

« L’eau devrait être reconnue comme un atout stratégique pour toute l’humanité. Elle peut aider au développement, en tant qu’instrument adapté », a-t-il soutenu dans les colonnes de l’APS à l’occasion de la cérémonie  d’ouverture du panel mondial de haut niveau sur l’eau et la paix. Cette rencontre, première du genre en terre africaine, est organisée sous la houlette du ministre de l’hydraulique pour débattre sur cette ressource qui, selon lui, n’est pas source de conflit, mais peut aider au développement. A en croire notre source, le thème : « eau et paix » est un engagement de longue date du Sénégal, à travers une gestion durable et pacifique des ressources, a expliqué cet ancien président de la République de la Slovénie.

A en croire nos confrère de starafrica.com, M. Turk a affirmé que « le Sénégal est un modèle de coexistence pacifique aussi bien dans la gestion de ses affaires intérieures que dans la coopération extérieure avec ses voisins, c’est (aussi) un engagement d’une digne admiration ». Le président du panel mondial de haut niveau sur l’eau, a en outre, félicité l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (Omvs) pour avoir atteint le score le plus élevé dans le monde en termes de coopération dans la gestion des ressources en eau.

Le premier ministre du Sénégal, Mahammad Boun Abdallah Dionne, dans son intervention à l’occasion de cette cérémonie, a estimé que l’eau doit être un instrument de promotion de la paix dans le monde et non une source de potentielles crises. «La dialectique eau et paix ne date pas certainement d’aujourd’hui, néanmoins, elle est plus prégnante dans le contexte actuel où, la raréfaction des ressources en eau semble inéluctable du fait des effets combinés des changements climatiques et de l’accroissement de la population mondiale», a –t-il soutenu.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire