L’agriculture Bio, une alternative face aux changements climatiques selon Enda Tiers-monde

0

Partout dans le monde, l’agriculture biologique et agro-écologique gagne du terrain. C’est pourquoi elle est devenue « une alternative incontournable » aux changements climatiques, dans le cadre des efforts visant la préservation de l’environnement et de la biodiversité. Si on s’en réfère à  la présidente du conseil d’administration (Pca) de l’ONG Enda Tiers-monde, Marième Sow.

rewmi.com a affirmé dans sa parution d’hier qu’une bonne gestion rationnelle des ressources naturelles « peut également contribuer à la sécurité alimentaire en Afrique », dont « les terres sont fortement lessivées », d’où, selon le Pca d’Enda Tiers-monde la nécessité de les fertiliser. Mme Sow intervenait lors d’un atelier du programme de lutte contre les changements climatiques, dans le cadre du processus des Contributions prévues déterminées au niveau national (Cpdn), portant sur les prévisions de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

madagascar.shafaqna.com qui a eu vent de cette nouvelle ajoute que le coordonnateur de la Fédération nationale pour l’agriculture biologique (Fenab), Ibrahima Seck, a lui, signalé la mise en place, par son organisation, d’un programme national de régénération et de reboisement pour la reforestation et la plantation de 50.000 arbres par an à travers le territoire sénégalais. Selon lui, « face aux changements climatiques, il est indispensable » de recourir à l’énergie renouvelable, l’agriculture biologique et les emplois verts. Dans cette perspective, a-t-il dit à nos confrères, l’Etat du Sénégal a manifesté une volonté politique, en faisant de l’agriculture « le levier de la croissance économique », dans le cadre du Plan Sénégal émergent (Pse), désignant un ensemble de projets et programmes censés favoriser l’émergence du pays à l’horizon 2035.

Revenant à la charge, rewmi.com indique que cette rencontre, initiée par la Fédération nationale pour l’agriculture biologique (Fenab), s’inscrit dans la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat, un texte de 29 articles traduit dans les six langues de travail des Nations unies.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire