32 millions d’africains croulent sous le poids de l’insécurité alimentaire

0

Le phénomène climatique El Nino qui a fait son apparition cette année est en grande partie responsable de la sécheresse qui sévit en Afrique australe entrainant une baisse drastique de la productivité agricole. A cette catastrophe naturelle, s’ajoutent les problèmes d’approvisionnement en eau potable. Ces deux facteurs ont causé une forte insécurité alimentaire en Afrique australe, selon le Pam. Suffisant pour le Programme alimentaire mondial (Pam), d’afficher sa préoccupation vis-à-vis de la sécheresse et ses conséquences dans cette partie du continent noir où près de 32 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire.

Si l’on se fie au journal afriqueinside.com, le Pam estime qu’il a encore besoin de 677 millions de dollars (657 millions de francs) d’aide pour répondre aux besoins de la population en Afrique australe. Et ce pour la période allant d’avril 2016 à mars 2017. La sécheresse qui frappe actuellement cette région est la plus grave depuis 30 ans. El Nino, ce courant chaud équatorial du Pacifique réapparaît tous les cinq à sept ans et connaît cette année une forte intensité. Plusieurs pays d’Afrique australe ont déjà déclaré l’état de catastrophe naturelle sur une partie de leur territoire. Parmi eux figurent l’Afrique du Sud, du Malawi et du Zimbabwe, qui entrent dans la saison sèche. « Le Zimbabwe fait partie des pays les plus touchés. Le pays sort d’une saison agricole très pauvre avec seulement 40% de sa production normale de maïs (en 2015). C’est déjà une économie rurale fragile et El Nino vient y ajouter la pire sécheresse depuis 35 ans dans le pays », s’inquiète le directeur du Pam pour le Zimbabwe, Eddie Rowe.

Néanmoins, la situation pourrait évoluer d’ici la fin de l’année. Selon le Pam, il y a de fortes chances que la région soit touchée, dans la seconde moitié de 2016, par le phénomène « La Nina », qui se caractérise par de fortes précipitations, pouvant conduire à des inondations.

Moctar FICOU / Vivafrik

Laisser un commentaire