Des solutions durables envisagées pour faire face à la faim à Madagascar

0

La journée mondiale contre la Faim dans le monde est célébrée ce mercredi 15 juin. A Madagascar, la situation est critique dans la mesure où 92% de la population vit avec moins de 2 dollar par jour. Tel est le constat alarmant rendu publique hier par orange.mg.

La Grande Ile est le deuxième pays le plus touché par la faim en Afrique australe et le 4e pays au niveau mondial concerné par la malnutrition chronique. Au début de l’année, le nombre de malgaches touchés par la faim a été estimé à près de deux millions. De plus, 14 millions autres personnes sont menacées par la faim. Pire, l’on sait également que près de 4 millions de personnes, soit 28% de la population rurale ont un accès insuffisant à la nourriture. Dans le Sud de Madagascar, l’évolution de la situation au niveau de certaines régions, à l’instar de l’Androy, est plus qu’inquiétante. Dans cette région, 95% des communes sont en situation de vulnérabilité élevée en raison notamment de l’épuisement des stocks en aliments de base au niveau des ménages depuis plusieurs mois ainsi que la difficulté d’accès des ménages aux aliments de base encore en vente sur le marché et même les aliments de substitution. De plus, le pourcentage des communes en situation de vulnérabilité élevé a augmenté de 19 points en deux mois (janvier et février). Au mois de février, une concertation nationale a été organisée pour la recherche de solutions durables aux problèmes récurrents du Sud et avait abouti à la signature d’une déclaration d’engagement. Parmi les solutions durables recensées figure l’approvisionnement en eau du Grand Sud. L’établissement d’une cartographie à jour des actions selon les zones d’interventions s’avère utile afin de coordonner les préparatifs et programmes de réponse d’urgence et d’atténuation de la situation dans le sud, d’après le dernier Bulletin SISAV de la FAO.

A noter que le déblocage par les bailleurs de fonds d’une enveloppe destinée à financer le démarrage des premières actions dans le Sud est attendu. Les besoins en investissement dans le Sud sont estimés à 942,155 millions USD, dont 10,837 millions USD consacrés au social. Récemment, le ministère de la population avait annoncé que le financement déjà acquis s’élève à 15, 263 millions USD. Quelque 926,918 millions USD restent ainsi à trouver pour couvrir la totalité des besoins du Sud. Répondant à l’appel lancé par la FAO, les États-Unis ont déjà donné 15 millions de dollars pour une assistance d’urgence à Madagascar. Le pays a cependant besoin de beaucoup plus pour aider les communautés affectées par la sècheresse due au phénomène El Nino.

Par ailleurs, l’élargissement du dispositif de Transfert monétaire Vatsin’Ankohonana à la région d’Androy, dont la Banque mondiale a accepté de débloquer le financement, fait également partie des actions en faveur du Sud. Les opérations de ciblages des familles bénéficiaires, d’estimation de leur nombre et du montant qui sera attribué à chaque ménage pendant 15 à 18 mois sont actuellement en phase d’étude par les techniciens du MPPSPF, de la Banque mondiale et du FID. Le démarrage du projet et la remise effective des bourses familiales interviendront avant le début de la période de soudure, de manière à aider les familles à subvenir à leurs besoins vitaux pendant la saison sèche qui s’annonce de plus en plus rude du fait du phénomène El Nino.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here