L’Afrique doit se servir des économies à faibles émissions carboniques, recommandent les experts

0

Le sujet est au centre du 8ème forum sur le carbone qui se tient à Kigali, la capitale du Rwanda, le 28 au 30 juin 2016.

Selon journaldebrazza.com, les experts participant au 8ème Forum sur le carbone en Afrique (Acf) à Kigali ont appelé les gouvernements africains à se concentrer sur la réduction de leurs émissions de gaz carbonique dans l’industrialisation de leur économie. La réunion, tenue du 28 au 30 juin, porte sur la feuille de route de l’Afrique vers le développement durable et la prospérité commune et sur la manière de changer les défis du climat en opportunités. « L’Afrique peut facilement devenir championne du monde du développement à faibles émissions carboniques si elle prend en considération les opportunités existantes de mesures d’atténuation des changements climatiques », a déclaré Lucas Brusa, représentant principal du secrétariat de l’ONU sur les changements climatiques. Les experts invitent les dirigeants et décideurs politiques africains à transformer leurs structures économiques en s’assurant que l’économie à faibles émissions carboniques soit insufflée dans l’esprit des jeunes générations.

Le Forum sur le carbone en Afrique est l’une des plus importantes réunions internationales d’experts en croissance écologique et en développement de la résistance au climat du monde entier. Mulugeta Mengist Ayalew, directeur des affaires liées au changement climatique au sein du bureau du premier ministre éthiopien, a déclaré que davantage de réseaux d’observation du climat étaient nécessaires au niveau du continent pour aider à un suivi et à une collecte en temps réel des données. « Notre espoir est que l’enthousiasme mondial actuel pour un accord sur le changement climatique se traduise par des actes au niveau de la réalisation », a-t-il déclaré. Cette réunion de trois jours sera également mise à profit par les experts pour discuter de certaines des opportunités actuelles et potentielles que l’Afrique pourrait explorer pour renforcer la croissance à faibles émissions carboniques dans le cadre du changement des conditions climatiques.

De son côté, le ministre rwandais des ressources naturelles, Vincent Biruta, a déclaré que certains pays avaient besoin d’un soutien supplémentaire pour réduire leurs émissions et réaliser un développement résistant au climat par des transferts technologiques.

Depuis avril, les pays ont commencé à ratifier au niveau national l’accord de Paris sur le climat. Au 24 juin, l’accord comptait quelques 178 pays signataires, dont le Rwanda. L’Acf favorise la participation de l’Afrique aux marchés mondiaux du carbone et son accès à l’investissement respectueux de l’environnement par un ensemble de conférences, d’événements annexes et d’opportunités de réseau.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire