La sévère sécheresse en Afrique australe aggrave la situation alimentaire

0

A Lilongwe, la capitale du Malawi, les robinets ne coulent plus depuis 48 heures. La semaine dernière, le pays s’est déclaré en état de catastrophe naturelle et dans la foulée, le président Peter Mutharika a demandé à la compagnie des eaux de la capitale de puiser dans les réserves pour faire face à la sécheresse. En Afrique australe la situation s’aggrave et 14 millions de personnes pourraient manquer de nourriture cette année à cause de l’absence de pluie, a alerté mardi RFI.

En Afrique australe, les conséquences de la sécheresse sont lourdes, dans certaines provinces presque 90% des récoltes ont été détruites. Les rendements agricoles diminuent, par exemple moins 12% en un an pour le maïs au Malawi. En février déjà le Programme alimentaire mondial (Pam) de l’ONU alertait sur la situation du pays qui connaît sa plus grave crise alimentaire depuis dix ans. Ces pénuries de nourriture touchent aussi le Mozambique, la Zambie et le Zimbabwe. Au Zimbabwe, un quart de la population souffre de malnutrition, soit presque 3 millions de personnes. Face aux carences en céréales, la Zambie a stoppé ses exportations de maïs pour satisfaire la demande domestique. Aujourd’hui le pays a officiellement repris le commerce extérieur, mais les sacs de farine ne passent toujours pas les frontières. L’Afrique du Sud, principale exportatrice de céréales vers ses pays voisins, enregistre cette année sa pire sécheresse depuis un siècle et va devoir importer la moitié de sa récolte habituelle. Certains pays comme le Zimbabwe sont donc obligés d’importer des céréales de contrées lointaines comme le Mexique, la Russie ou l’Inde.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here