Les acteurs contre le changement climatique mieux outillés au Burkina Faso

0

Le Mécanisme spécial de dons (Dgm) organise un atelier régional de formation sur le changement climatique du 19 au 23 juillet 2016 à Ouagadougou. Cet atelier vise à renforcer les capacités des acteurs œuvrant dans la lutte contre le changement climatique.

Réunir autour d’une même table les leaders des peuples indigènes et des populations locales des pays membres du Mécanisme spécial de dons (Dgm) de l’Afrique afin d’identifier les différents problèmes liés à la déforestation et à la dégradation des sols pour mieux travailler au renforcement de leur capacité en négociation sur les méfaits des changements climatiques. C’est tout le sens de l’atelier régional de formation sur le changement climatique, qu’organise le Mécanisme spécial de dons (Dgm) du 19 au 23 juillet 2016 à Ouagadougou, a indiqué hier lefaso.net. En effet, le Dgm est un guichet de financement du Programme d’investissement forestier (Pif) des fonds d’investissements climatiques (Cif) dont le Burkina Faso est membre depuis 2014. Ce programme international permet d’une part d’accompagner les communautés locales et les peuples autochtones dans la gestion de leur terroir avec l’appui des ONG et organisations qui œuvrent dans le domaine de l’environnement et d’autre part à la gestion convenable des forêts en relation avec les changements climatiques.
Pour Samuel Yéyé, conseiller technique du ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, c’est grâce au dynamisme du Burkina Faso à s’impliquer dans la lutte contre la déforestation et le changement climatique, qui a prévalu à sa souscription à ce programme. Il a par ailleurs insisté sur l’importance que revêt ce séminaire pour le Burkina Faso et les autres pays participants. « Ce partage de connaissance permettra de ratifier les capacités des communautés locales afin qu’ils soient d’avantages efficaces sur le terrain » a-t-il affirmé. « Nous allons profiter de cette formation pour que les ONG et associations à travers la plateforme des OSC sur le REDD+ sur le changement climatique au niveau de Burkina Faso puisse œuvrer à consolider les acquis sur le terrain » a laissé entendre Samuel Yéyé. Le Congo Brazzaville un des pays membres de cette rencontre, s’inscrit dans la même lancée que le Burkina Faso. « Ce processus permettra de faire l’échange avec plusieurs pays d’Afrique membre du Dgm, cela va également renforcer nos capacités dans les processus REDD+, Pif et autres processus surtout dans le cadre des négociations lors des réunions des plans de changement climatique » a déclaré Monsele-Diseke Guy, représentant du Congo Brazzaville. Quant à Johnson Cerda représentant des peuples indigènes du Dgm, les attentes aux sortir de cet atelier sont d’une part développement du réseau entre les différentes communautés des peuples indigènes et d’autre part, le renforcement des capacités des leaders afin de leur permettre de mener à bien les négociations.

Cinq jours durant, les participants auront des communications sur des thématiques variées telles que des changements climatiques, la gestion durable des terres etc. La prochaine étape de cet atelier est celle de Marrakech au Maroc pour les mêmes objectifs.

Laisser un commentaire