Kolda abrite 24 projets et programmes en vue de booster la sécurité alimentaire et nutritionnelle

0

En visite à Kolda, le secrétariat exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire (Secnsa) a révélé qu’environ 24 projets et programmes interviennent dans la région pour aider les populations à faire face à la pauvreté. Les membres du secrétariat ont présenté les résultats de la cartographie des interventions.

Vingt-quatre projets et programmes de sécurité alimentaire et nutritionnelle interviennent actuellement dans la région de Kolda où 76,6% de la population vivent dans la pauvreté. L’annonce a été faite lors de l’atelier régional de partage et de validation des résultats de la cartographie des interventions des projets et programmes de sécurité alimentaire et de nutrition tenu à Kolda. L’atelier est organisé par le secrétariat exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire (Secnsa) qui effectue en ce moment une mission à travers le territoire national pour des raisons similaires, a-t-on appris de lesoleil.sn. La délégation conduite par le secrétaire exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire, Ali Mouhamed Camara, a mis à profit cette rencontre pour présenter son institution aux acteurs de la sécurité alimentaire de la région de Kolda. Les participants ont suivi avec intérêt les différentes présentations et explications des techniciens, notamment sur le contenu de la stratégie nationale de sécurité alimentaire et de résilience qui couvre la période 2015-2035 pour son appropriation par les acteurs régionaux.

Le système national d’alerte précoce et son dispositif de collecte et d’analyse des données, le dispositif de suivi-évaluation et le système d’information relative à la sécurité alimentaire, entre autres, ont été les points forts de l’atelier. « Les outils avec lesquels nous travaillons pour arriver à évaluer la situation de sécurité alimentaire de notre pays et à suivre régulièrement la situation méritent d’être partagés avec les acteurs des différentes régions pour qu’ils comprennent comment on arrive à déterminer la vulnérabilité des populations et des zones dans le pays », déclare-t-il. Il demande aux services de l’agriculture, de l’élevage, de l’environnement, de la protection sociale, de l’hydraulique, du commerce, de l’éducation et de la santé de travailler en synergie pour relever les défis de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Ali Mouhamed Camara invite les projets et programmes qui ne l’ont pas encore fait à remettre leurs données au secrétariat exécutif du Cnsa pour lui permettre de disposer des statistiques sur la situation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans leurs zones d’intervention.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire