Le Ghana en quête d’un avenir renouvelable

0

Au Ghana, la consommation d’électricité se déplacera davantage vers les énergies renouvelables à moyen et à long terme, selon un expert en énergie du pays.

Dans une récente interview accordée à Xinhua, Kwame Ampofo, président de la commission de l’énergie, a souligné l’importance d’une volonté politique, d’un engagement et de l’éducation du public pour que cela devienne une réalité. « Nous avons identifié les systèmes d’énergies renouvelables, notamment solaire, éolienne, de biogaz et de la biomasse en tant que base de ressources très précieuses qui peuvent aider notre pays à se développer sur les lignes d’un développement durable, d’un développement significatif qui ne laissera pas de l’empreinte carbone, d’un développement qui ne conduira pas à la destruction de l’environnement et à l’exacerbation des problèmes liés au changement climatique », a déclaré à energies-renouvelables-afrique.com M. Ampofo.

Selon lui, le Ghana, qui produit maintenant 50% de son électricité par voie hydraulique et les autres 50% à partir de sources thermiques, voudrait développer davantage l’énergie renouvelable en réduisant l’énergie thermique. D’après M. Ampofo, le Ghana pourrait suivre l’exemple des pays pionniers dans ce domaine, dont l’Allemagne qui dépend presque 100% de l’énergie renouvelable, et certains pays qui ambitionnent d’éliminer, d’ici à 2025 et avant 2050, toutes les autres formes d’énergie et d’utiliser seulement des énergies renouvelables. « Nous avons de l’énergie solaire, le vent souffle ici, nous avons beaucoup de biomasse, nous avons beaucoup de déchets si nous parlons des déchets pour produire de l’énergie. Nous pouvons les produire nous-mêmes », a-t-il souligné.

Lovans Owusu Takyi, directeur de l’Institut de l’énergie durable et de solutions environnementales, s’est félicité la récente foire d’énergie renouvelable tenue au Ghana, estimant que c’est « une foire très importante qui vient avec des solutions innovantes et des produits : solaires, cuisinières et carburants propres : des éco-fusains et des éco-carburants qui peuvent être utilisés par des ménages ». Owusu Takyi, dont la société a également pris part aux expositions, a souligné la nécessité de sensibiliser les gens sur les produits et les solutions d’énergie renouvelable à travers le pays. L’expert a souligné que « l’accès à des solutions modernes d’énergies renouvelables abordables était la clé du développement durable ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire