Sénégal : l’agriculture est en plein essor à Kédougou

0

Délaissée par nombre de jeunes au profit de l’orpaillage dans la région de Kédougou, l’agriculture est en train de retrouver un souffle nouveau dans cette partie orientale du Sénégal où un regain d’attention à fini d’envahir les terres arables. Les producteurs qui s’en réjouissent estiment que cette nouvelle donne est le résultat des efforts entrepris par l’Etat grâce aux interventions de proximités soutenues par le ministère de l’agriculture et de l’équipement rural.

A la simple évocation de Kédougou, les esprits s’orientent vers cette région orientale du Sénégal où, rappelle lesoleil.sn, l’activité reste dominée par l’orpaillage et l’exploitation industrielle de l’or. Cette donne qui a fini d’inquiéter nombre d’acteurs du développement rural pourrait devenir un vieil souvenir grâce à la ruée notée, de plus en plus, vers les terres agricoles de la zone. L’Etat, comme l’a rappelé le ministre de l’agriculture et de l’équipement rural, veut que cette région retrouve sa vocation agricole, à l’instar des zones agro-écologiques du Sénégal. Cette volonté déclinée dans le Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (Pracas) bénéficie, désormais, d’un écho favorable auprès des populations de Kédougou. Les échanges que le ministre Papa Abdoulaye Seck, a eu avec les agriculteurs de la région lors de la tournée qu’il vient de boucler sur le terrain, dans le cadre du suivi de la campagne agricole 2016, ont été plus que révélateurs. Pour cette campagne agricole, les producteurs de Kédougou affirment que les terres arables ont été l’objet d’une véritable convoitise. De Salémata à Saraya, en passant par Kédougou commune et Bandafassi, les bas-fonds aménagés n’ont pas pu contenir la demande exprimée par les producteurs pour les emblavures, indique Samba Diallo, président de l’organisation faitière. « Les gens se trompent, aujourd’hui, en croyant que Kédougou, c’est seulement l’or qui attire les populations locales », a déclaré le producteur. Il reste convaincu que l’agriculture est en train de prendre le dessus sur la quête artisanale de l’or dans cette partie du Sénégal.

Moctar FICOU / VivAfrik