La COP22, une occasion pour engendrer des solutions concrètes pour le développement durable

0

Salaheddine Mezouar, ministre des affaires étrangères et de la coopération du Maroc, a indiqué que cette année marque le soixantième anniversaire de l’adhésion du Maroc à l’ONU, l’une des premières décisions souveraines de son pays après avoir obtenu son indépendance.  Le Maroc, a-t-il rappelé, a adopté une approche dynamique et réaligné ses priorités nationales sur celles des Nations unies.  Le pays a largement contribué aux efforts de sécurité collective et, sous le leadership du Roi, il souhaite renforcer le régime des Nations unies.  Pour faire du développement durable un élément clef, le pays a déjà institué des partenariats pour mettre en œuvre les objectifs adoptés en septembre dernier.

Le Maroc a obtenu des résultats positifs en matière de lutte contre la pauvreté, de réduction des vulnérabilités, de développement des infrastructures et des services de santé, a détaillé le ministre.  Il a relancé un appel aux Nations unies et aux institutions financières internationales pour qu’un plan de travail soit préparé afin d’opérer « une véritable transformation économique en Afrique », dira-t-il dans les colonnes de mediaterre.org. Le Maroc, s’est félicité le ministre, va accueillir la prochaine conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), à Marrakech, en novembre prochain.  Il a l’intention de faire de cette conférence « un évènement essentiel dans le cadre de la mise en place de solutions concrètes pour le développement durable ».  La réussite de l’application de l’accord de Paris est liée à la disponibilité des ressources financières, a-t-il toutefois souligné.  La COP22 permettra d’attirer l’attention sur les pays du Sud, qui sont particulièrement confrontés aux changements climatiques.  Pour sa part, le Maroc a déposé ses instruments de ratification de l’accord de Paris sur le climat et invite les États à accélérer leurs propres procédures pour que l’accord entre en vigueur le plus rapidement possible.  M. Mezouar a insisté sur le « lien fort » qui unit le Maroc à l’Afrique.  Il s’agit, a-t-il dit, d’un engagement fondé sur le respect des relations humaines.  Le Maroc a décidé de reprendre sa place au sein de l’Union africaine et remercie « les pays africains qui lui ont demandé de rester bien présent dans ce contexte ».

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here