Ségolène Royal estime que l’entrée en vigueur de l’accord de Paris annoncée revitalise la COP22

0

L’accord de Paris entrera en vigueur le 4 novembre, à quelques jours avant l’ouverture de la COP22. Un vrai succès pour Ségolène Royal qui nourrit beaucoup d’ambitions pour Marrakech.

La présidente de la COP21 ne cache pas vraiment sa fierté d’avoir réussi l’incroyable : faire entrer en vigueur l’accord de Paris, signé en décembre 2015, le 4 novembre prochain, trois jours avant la COP22 qui se tiendra à Marrakech du 7 au 18 novembre. Qui l’aurait cru ? En vérité pas grand monde même si Ségolène Royal se plaît à rappeler qu’elle s’y était engagée dès sa prise de fonction à la présidence de la COP21. Il faut reconnaître qu’elle n’a pas ménagé ses efforts, en particulier ses derniers mois pour accélérer la ratification de l’Union européenne. Cette victoire acquise, la ministre de l’environnement reste lucide. « Il ne faut pas relâcher l’effort », déclare-t-elle à nos confrères d’environnement-magazine.fr. En effet, cette entrée en vigueur le 4 novembre permet l’organisation de la première réunion des parties ayant ratifié l’accord pour laquelle Ségolène Royal veut un ordre du jour ambitieux : les contributions nationales, le financement et l’agenda des solutions. Il faut construire un dispositif pour que les contributions nationales se transforment en politiques nationales concrètes et notamment aider les pays les plus pauvres à le faire. Sur le financement, la présidente de la COP21 a bien conscience que c’est l’enjeu majeur de l’accord et de la COP22. « Mettre en place un mécanisme qui garantisse la promesse de 100 milliards de dollars par an pour le climat est une priorité », affirme-t-elle. Enfin sur l’agenda des solutions et les 70 coalitions qui ont été créées, il va falloir construire une gouvernance qui s’ouvre à la société civile et aux ONG. Enfin, Ségolène Royal qui ne veut renvoyer aucun sujet à la COP23, met en avant le signal que représente l’entrée en vigueur de l’accord de Paris pour le secteur économique. Et les faits lui donnent raison. L’accord adopté par l’Organisation de l’aviation civile internationale visant à contrôler ses émissions de CO2 en est un bon exemple.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here