Le PFDE au chevet des populations avec un investissement de plus de 300 millions de FCFA

0

Le Projet forêt et diversification économique (Pfde) a signé le 5 octobre à Brazzaville, avec le Programme national d’afforestation et de reboisement (Pronar), une convention dans laquelle, il s’est engagé à dégager une enveloppe de plus de 300 millions de FCFA pour l’encadrement des communautés locales et populations autochtones, dans la mise en place des activités génératrices de revenus portant sur des services environnementaux.

Il s’agit selon adiac-congo.com d’accompagner ces acteurs dans l’implantation des pépinières, la mise en place des plantations dans les zones de savane et les forêts dégradées ; de renforcer leurs capacités dans les techniques de pépinière et planting à travers une formation. « Le Pfde comporte une composante relative à l’implication des communautés locales et populations autochtones, à la gestion des ressources forestières. C’est donc dans ce cadre, que nous venons de procéder à la signature de cette convention qui vise à mettre à la disposition du Pronar, le financement nécessaire pour accompagner cette population vulnérable, dont les activités contribuent à la déforestation et la dégradation de nos écosystèmes forestiers », a expliqué le coordonnateur du Pfde, Joachim Kondi, avant de signaler que dans les prochains jours, le tour reviendra au service national de reboisement. Satisfait de l’aboutissement des discussions engagées il y a un moment avec le Pfde, le coordonnateur du Pronar, Lambert Imbalo, a indiqué que sa coordination nationale s’emploie, face au manque de mécanisme financier adapté aux plantations forestières, à la recherche de partenariat à travers l’élaboration de projets dont le financement par les partenaires extérieurs permettra aux nombreux petits producteurs de réaliser leurs activités. « Le partenariat Pronar et Pfde entre dans le cadre du renforcement de l’appui que la coordination nationale du Pronar accorde déjà aux petits promoteurs locaux gestionnaires des plantations forestières et agroforestières, des pépinières de production des plants et vise le renforcement des investissements consentis dans cette composante », a-t-il relevé. Représentant la ministre de l’économie forestière, du développement durable et de l’environnement, son directeur de cabinet, Pierre, Taty, a indiqué que ces micro-projets prévus dans le cadre du partenariat entre les deux structures permettront de générer des revenus durables aux communautés locales et aux populations autochtones, contribuant ainsi à la promotion de l’économie verte et à la lutte contre la pauvreté à laquelle elles sont confrontées.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here