L’élimination progressive des gaz HFC occupe une place de choix au sommet de Kigali

0

La communauté internationale se réunit jeudi et vendredi à Kigali pour convenir d’un accord sur la disparition progressive des gaz HFC, qui pourrait permettre de limiter de manière significative le réchauffement climatique, a-t-on appris maliactu.net.

Les représentants de 197 pays, dont une quarantaine de ministres et le secrétaire d’Etat américain John Kerry, doivent participer à Kigali à cette 28ème réunion des parties au protocole de Montréal sur la protection de la couche d’ozone. Ils doivent discuter d’un amendement à ce traité qui prévoirait l’élimination progressive des hydrofluorocarbures (HFC). Utilisés dans la réfrigération, l’air conditionné, certains aérosols et la fabrication de mousses isolantes, ceux-ci sont de redoutables gaz à effet de serre (Ges). Nous sommes réunis à Kigali avec un objectif commun : voter un ambitieux amendement au protocole visant à éliminer progressivement l’utilisation des hydrofluorocarbures », a déclaré Vincent Biruta, le ministre rwandais des ressources naturelles, lundi à Kigali avant des réunions préparatoires. Le rendez-vous de Kigali doit permettre de concrétiser les engagements pris dans le cadre du pacte de Paris, qui entrera en vigueur début novembre, et de donner un signal positif à quelques semaines de la prochaine grande conférence annuelle sur le climat (COP22), prévue à Marrakech. Les promesses faites à Paris « vont sonner creux si nous n’obtenons pas une date butoir rapprochée pour l’élimination des gaz HFC », a fait valoir dans un communiqué Wael Hmaidan, de l’ONG Climate action network, appelant à un « accord ambitieux ». L’élimination des HFC pourrait réduire de 0,5°C le réchauffement mondial d’ici à 2100, selon une étude publiée en 2015 par l’Institute for governance and sustainable development (Igsd), un groupe de réflexion. A l’horizon 2030, elle permettrait d’éviter jusqu’à 1,7 gigatonne d’équivalent CO2 par an, soit les émissions annuelles du Japon. Les HFC sont utilisés depuis les années 90 en remplacement des CFC (chlorofluorocarbures), principaux responsables de la destruction de la couche d’ozone.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here