Les projections 2016 de la contribution de l’agriculture dans le PIB sénégalais sont de 15,7%

0

« La contribution de l’agriculture dans le Produit intérieur brute (Pib) est encore très faible. Elle est de 12,5 en 2011, et à 15,3% en 2015. Les projections pour 2016 se situent à 15,7% ». C’est ce qu’a déclaré lundi, Mme Aïfa Fatima Ndoye Niane, agro-économique senior à la Banque mondiale. C’était à l’occasion de la présentation du rapport, par vidéoconférence, de la Banque mondiale sur la pauvreté et l’agriculture en Afrique Subsaharienne, depuis Washington (Usa), à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté «End poverty day».

Se prononçant sur la situation agricole du Sénégal, Aïfa Fatima Ndoye Niane, agro-économique senior à la Banque mondiale a indiqué que «49,5% de la population sénégalaise s’active dans le secteur de l’agriculture; 70% du monde rural tirent leur alimentation et revenus de l’agriculture et des activités connexes; 57% de celle-ci vit en dessous du seuil de la pauvreté, soit une faible contribution au Pib comprise entre 12 -15%. La contribution de l’agriculture dans le Pib est encore très faible. Elle est de 12,5 en 2011 à 15,3% en 2015. Les projections pour 2016 se situent à 15,7%», disait-elle à l’occasion de la présentation, par vidéoconférence, du rapport de la Banque mondiale sur la pauvreté et l’agriculture en Afrique Subsaharienne. Elle argue que : «l’agriculture sénégalaise a une production agricole variable et dépendante de la pluviométrie. Ce qui montre, une forte vulnérabilité du secteur. La valeur ajoutée de l’agriculture fluctue fortement d’une année à une autre.

En 2015, le chiffre est à près de 17% en termes d’accroissement, contrairement à 2013 et 2014 où elle était en dessous de 5% ». Mme Aïfa Fatima Ndoye Niane de renchérir : «l’année 2011 a été marquée par une mauvaise campagne agricole et qui a entrainé une chute notoire de la croissance en valeur ajoutée de l’agriculture. A part les années 2008-2009, où on a eu des chocs endogames avec la crise financière mondiale, pour toutes les autres années, on note une forte corrélation de la performance de l’agriculture avec celle de l’économie. Elle contribue de manière décisive à la performance de l’économie nationale». Et de conclure en précisant qu’ «en 2016, 112 milliards de F cfa ont été mobilisés dans le secteur de l’agriculture dont 80 millions pour l’équipement, 32 millions pour les subventions en engrais».

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here