Quand la CLCPRO prévient l’invasion acridiennes avec une enveloppe de 6 millions $

0

A Alger, la Commission de lutte contre le criquet pèlerin dans la région occidentale de l’Afrique (Clcpro) vient d’annoncer la mise en place d’un fonds régional pour gérer le risque acridien. Ce fonds sera doté d’une enveloppe de 6 millions de dollars provenant de contributions des différents pays membres de la commission.

« La mise en place d’un fonds régional va contribuer à une meilleure gestion de l’activité acridienne en permettant aux différents mécanismes d’intervention d’opérer en temps opportun et d’activer les stratégies nationales de lutte », a souligné à Ecofin le ministre algérien de l’agriculture, du développement rural et de la pêche, Abdessalam Chelghoum. Selon l’officiel, le fonds fonctionnera dans une logique de prévention du risque plutôt que de réponse aux invasions. Et de rappeler la pertinence d’une telle initiative par la facture de l’invasion acridienne de la période 2003-2005 : 570 millions $. Pour Mohamed Lemine Hamonay, secrétaire exécutif de la Clcpro, ce montant est l’équivalent de 170 ans de lutte préventive. Saluant l’initiative, le représentant régional de la FAO pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, Abdessalam Ould Ahmed l’a légitimée en expliquant qu’ «il est souvent difficile de mobiliser des fonds auprès des partenaires alors que le temps est compté. Cette situation est la cause majeure des crises qui surviennent par la suite».

La Clcpro qui est basée à Alger, réunit dix membres, à savoir : l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, la Libye, la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso, le Tchad et le Sénégal.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here