La COP22 marquera-t-elle le point de départ d’une politique de décarbonisation aux États-Unis ?

1

Plusieurs grandes annonces sont attendues à la COP22 à Marrakech. Parmi elles, celle d’une politique de décarbonisation des États-Unis, un enjeu crucial pour la planète.

Et si la COP22 de Marrakech signait le point de départ d’une grande campagne de décarbonisation des Etats-Unis ? À l’occasion du conseil atlantique du Centre mondial de l’énergie à Washington, le 25 octobre dernier, le négociateur américain sur le climat, Jonathan Pershing, a annoncé qu’un plan serait dévoilé en ce sens à l’occasion de la COP22, rapporte le site d’information américain Bloomberg, cité par telquel.ma. « Nous sommes actuellement dans un processus d’élaboration de projections techniques sur le long terme, bien au-delà de 2025, pour voir comment nous pouvons presser la grande majorité des émissions de carbone d’ici à 2050 » a-t-il expliqué.  Si plusieurs grandes annonces sont attendues lors de cet événement, ce plan viendrait appuyer une politique déjà enclenchée depuis quelques années par Barack Obama. La transition énergétique voulue par l’actuel locataire de la Maison Blanche est déjà en marche: elle consiste, depuis quelques années, à décarboniser l’économie américaine pour laisser plus de place aux énergies renouvelables, comme les éoliennes et la photovoltaïque. La diminution des émissions de CO2 engendrée par un tel processus est non-négligeable quand on sait que le secteur de l’électricité aux États-Unis représente, à lui tout seul, plus d’un tiers des émissions de carbone du pays, selon une étude de l’Institut français des relations internationales (Ifri), datée d’avril, dernier.

Toutefois, une donnée pourrait venir perturber l’annonce programmée d’un tel plan de décarbonisation lors de la COP22 : l’élection américaine. Si cette dernière plaide en faveur de Donald Trump, une telle politique pourrait être rediscutée. Pour répondre aux nombreuses fermetures d’usines à charbon et à la hausse du chômage dans certains États pionniers de cette énergie, comme le Kentucky ou la Virginie, le candidat républicain a déclaré, à plusieurs reprises, sa volonté de rouvrir les usines et de miser à nouveau sur cette énergie. En dévoilant son programme, à l’occasion de l’investiture du camp républicain, en août, il avait annoncé que l’objectif est de déréguler le secteur pour exploiter au maximum les ressources présentes dans le sous-sol américain. Autre objectif : rendre les États-Unis indépendants sur le plan énergétique. Il avait promis, en outre, d’annuler l’accord de Paris sur le climat, une fois élu.

Moctar FICOU / VivAfrik

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here