Le Sénat congolais donne le feu vert pour la ratification de l’accord de Paris

0

La chambre haute du Parlement a examiné et adopté le 08 novembre dernier à Brazzaville le projet de loi autorisant la ratification de l’accord de Paris sur le climat engageant tous les pays à réduire les émissions de gaz à effet de serre, ainsi qu’à l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques, lit-on dans adiac-congo.com.

Cet accord prévoit des incitations à des actions concertées de lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts tropicales, dont celles du Bassin du Congo. Il s’agit, en effet, de réduire les émissions liées à la déforestation et la dégradation forestière. De même, pour soutenir les programmes d’atténuation, d’adaptation, de transfert de technologies et de renforcement des capacités, des financements, seront mobilisés par les pays développés. Aussi, depuis 2009, le Congo a entrepris diverses actions pour la préservation des écosystèmes et patrimoines forestiers. C’est ainsi, qu’il met en œuvre une politique de gestion durable des forêts, concrétisée à travers la réalisation de nombreux programmes et projets, notamment l’aménagement durable des forêts avec 5,5 millions d’hectares, soit 50% des superficies certifiées dans le Bassin du Congo, la conservation et la protection de la faune à travers la création de 4,5 millions d’hectares d’aires protégées, soit 13,2% du territoire national. En outre, le Congo s’est engagé, depuis 2008, dans le processus dit de réduction des émissions issues de la déforestation et de la dégradation des forêts, et l’accroissement des stocks de carbone. La réalisation de ce programme permettra au Congo d’honorer ses engagements en matière de réduction des émissions, mais également de bénéficier des crédits-carbone.

Le Congo qui s’implique déjà avec d’autres pays de la sous-région d’Afrique centrale dans la gestion durable des forêts du Bassin du Congo souhaite l’accélération de la mise en œuvre de l’Accord de Paris, pour le plus grand bénéfice des populations qui subissent déjà durement les effets du changement climatique. L’entrée en vigueur de cet accord n’est possible qu’après sa ratification par au moins cinquante-cinq pays. Le Congo qui l’a signé le 22 avril 2016, a engagé, au terme de cette autorisation, le processus de sa ratification. Il faut noter que c’est en 2009 que ce processus de négociations sur un nouveau régime climat a été lancé à Copenhague qui a, par la suite, abouti à l’adoption, en décembre 2015 de celui de Paris, appelé en d’autres termes, la COP21.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here