[Rapport OVSEO] Bacary Seydi salue le parrainage du lancement officiel des activités de l’OVSEO par le ministère de l’environnement

0

Le secrétaire général de l’Observatoire des valeurs sociétales et éthiques des organisations (Ovseo) a salué le parrainage du lancement officiel des activités de son organisation par le ministre en charge de l’Environnement et du Développement durable. Bacary Seydi a en outre insisté sur la nécessité d’agir ici et maintenant pour endiguer les conséquences désastreuses des changements climatiques déjà perceptibles afin d’atteindre les Objectifs du développement durable déclinés dans le Plan Sénégal émergeant (Pse).

L’acte posait par Aboulaye Balé, ministre de l’Environnement et du Développement durable est de haute porté pour le secrétaire général de l’Ovseo. En effet, le ministère d’Abdoulaye Bibi Baldé n’a ménagé aucun effort pour parrainer le lancement officiel des activités de l’organisation le mardi 07 juin 2016 à travers une conférence sur le  thème : « quelle perspective sénégalaise de la RSE à l’heure des Objectifs du développement durable (Odd) ? », dans les locaux d’Osiwa « Open society initiative for West Africa ». Pour M. Seydi, ce geste du ministère, six mois après la 21ème Conférence des Parties sur le climat (COP 21) tenue à Paris en décembre 2015, « relève d’un acte hautement stratégique et éminemment politique. » Laissant entendre que dans la mesure où, « nous sommes dans le temps de l’action face aux multiples enjeux et défis liés aux changements climatiques (Cc), et au regard des engagements pris par le Sénégal en signant l’Accord de Paris, il s’agit de prendre des mesures d’atténuation, ou d’adaptation face aux Cc. » A l’en croire, la solution doit être l’action combinée d’une intelligence surtout quand il est question d’agir dans l’urgence. D’où, selon lui, toute l’importance de disposer à portée d’un instrument de haut niveau comme l’Ovseo, capable de proposer des réponses adaptées et soucieuses du respect de l’environnement.

Analysant les conséquences désastreuses  déjà perceptibles des Cc sur des pans entiers de l’économie sénégalaise comme le tourisme (érosion côtière, submersion de certaines îles), l’agriculture (dégradation des terres par salinisation, pluviométrie aléatoire), la pêche (élévation de la température, et du niveau des mers), l’élevage (sécheresse), entre autres, M. Seydi a insisté sur la nécessité d’agir ici et maintenant,  avant que le coût de l’inaction ne devienne insurmontable, a-t-il dit en substance lors de la cérémonie présidée par Mme Ramatoulaye Dieng Ndiaye, secrétaire générale du ministère de l’Environnement et du Développement durable. A ses yeux, il faut agir maintenant, parce qu’autrement,  ce sont les efforts de développement économique et social déclinés dans le Plan Sénégal émergent (Pse), en particulier l’atteinte des Odd qui risquent d’être réduits à néant par les impacts négatifs des Cc tant sur le plan environnemental que sur le plan économique et social.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire