Tosi Mpanu Mpanu appelle à adapter les économies des pays pauvres aux menaces climatiques

0

La COP22 qui se déroule à Marrakech doit mettre en œuvre l’accord de Paris sur le climat. Les pays les moins avancés veulent éviter l’étape des centrales à énergies fossiles pour aller directement aux énergies renouvelables. Les pays les moins avancés veulent avant tout adapter leurs économies et leurs agricultures aux conséquences du changement climatique et protéger leurs populations les plus vulnérables. Dans cet entretien réalisé par nos confrères de geopolis.francetvinfo.fr, Tosi Mpanu Mpanu, le porte-parole des pays les moins avancés (Pma) invite à adapter les économies des pays pauvres aux menaces climatiques.

Quels sont les enjeux de cette COP22 pour les Pma, notamment ceux d’Afrique?

Le monde compte sur la COP22 pour commencer la mise en œuvre de l’accord de Paris, et passer à l’action. Les Pma représentent un groupe diversifié de 48 pays qui travaillent ensemble pour mettre en place des projets d’adaptation au réchauffement climatique, renforcer la résilience de nos économies et protéger les communautés vulnérables. Les Pma ont pour objectif d’accélérer la production d’énergie verte sur le continent africain. Pour les pays les moins avancés, une action ambitieuse de la communauté internationale est une question de survie. L’avenir de nos pays est en jeu.

La COP22 est aussi l’occasion de préciser la montée des engagements financiers?

Les Pma demandent des ressources financières à la hauteur des besoins réels de nos pays. Nous ne pouvons pas attendre 2020. La montée en puissance des ressources financières est nécessaire immédiatement. Les 100 milliards d’engagement promis à Paris après 2020 sont un minimum, un plancher qui doit être réévalué dans l’avenir.

La transition énergétique a-t-elle commencée dans les Pma?

Les Pma assurent aux africains une voix et un accès à l’Initiative pour les énergies renouvelables en Afrique (Arei). Cette initiative stimulera la croissance de l’énergie verte dans les communautés les plus pauvres du monde et permettra aux Pma de franchir un pas technologique et sortir des combustibles fossiles. Nous avons l’intention de mettre en œuvre ces actions dès que possible, mais cela dépendra des soutiens financiers et techniques que nous aurons.

Mocttar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here