Sérigne Assane Dramé estime que : « le temps est propice pour les africains de réfléchir sur le devoir de vigilance »

0

Nous ne devons pas être à la marge quand il faut cogiter sur le devoir de vigilance. Tel est l’appel lancé hier aux africains par Sérigne Assane Dramé à Dakar lors d’une session multi lieux connectée avec 14 autres pays pour réfléchir sur la loi sur le devoir de vigilance.

A en croire le coordonnateur de l’observatoire national pour le respect des droits humains dans le secteur extractif par ailleurs secrétaire général du Comité sénégalais droits l’homme (Csdh), on ne peut pas passer sous silence ces questions au moment où il y a en France une proposition de loi sur le devoir de vigilance. « Nous avons voulu réfléchir sur le devoir de vigilance pour essayer déjà d’attirer l’attention avec cette proposition de loi en nous référant à notre référentiel. Comment faire savoir les principes des Nations unies relatives aux entreprises, et les droits de l’homme qui constituent en réalité le socle de cette proposition de loi ?», a laissé entendre M. Dramé. Qui précise que la session concerne « 14 pays dont le Sénégal qui réfléchissent sur le devoir de vigilance pour des pour des chaines de production responsables ». La réflexion est aussi menée au niveau local sur le devoir de vigilance mais cette fois-ci dans le cas de l’industrie extractive pour voir comment faire au niveau de la chaine de valeur et de la chaine d’approvisionnement pour qu’on puisse respecter ce devoir de vigilance, dira en substance le coordonnateur du Csdh.

A l’en croire, le nouveau code minier sénégalais prend en compte cette dimension faisant du coup obligation aux entreprises à qualité et à quantité égales de s’approvisionner dans le marché local. Il urge ici selon ses dires, un accompagnement de la part de l’Etat à travers la formation d’élites, de la part des entreprises et des communautés pour que ces entreprises locales puissent également répondre aux critères ou aux normes standardisées.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here