«Jubanti Sénégal» vole au secours de l’agriculture sénégalaise

0

La coalition « Jubanti Sénégal » après avoir constaté un rendement faible dans la production agricole a demandé au gouvernement de mettre en place ou de dégager un fonds d’aide pour assister les paysans et le bétail.

D’ailleurs pour Mouth Bane et ses camarades si le gouvernement ne réagit pas d’ici à la fin de ce mois,  les producteurs sans revenus seront dans l’obligation de brader leurs maigres récoltes aux commerçants et autres spéculateurs dans les marchés hebdomadaires surtout dans les régions de Kaolack, Diourbel, Louga, Saint-Louis et Fatick. « Cette année, des paysans ont récolté l’arachide à perte. D’une part, nous remarquons un assèchement des récoltes abandonnées dans les champs par des paysans oubliés dans un parfait désarroi. D’autre part, d’autres paysans plus chanceux ne savent pas à quel prix sera vendu le kilogramme d’arachide. Cette situation est préoccupante, car le prix au producteur était toujours fixé au plus tard le 15 Octobre de chaque année. Or, jusqu’à ce jour, le prix n’est pas fixé », tonne-t-on dans les colonnes de dakaractu.com.

Par ailleurs, indiquent en outre les membres de la coalition, la pénurie du riz qui sévit dans le pays démontre que les statistiques fournies récemment par le ministère de l’agriculture sont fausses. « Le Sénégal n’a pas produit les quantités déclarées. La production n’a pas atteint 300.000 tonne de riz blanc. Les statistiques fournies donnent des quantités  en riz paddy dont la qualité baisse considérablement après traitement », rectifie la coalition « Jubanti Sénégal ». Pour finir ils assurent qu’il est évident que l’autosuffisance en riz promise en grande pompe par le régime actuel, ne sera pas atteinte en 2017, car les chiffres annoncent 160.000 tonnes pour cet hivernage.  « C’est la production la plus faible que la vallée ait connue depuis plus de 30 ans. Le ministre de l’agriculture manipule à sa guise des chiffres qui ne correspondent,  pas avec la réalité sur le terrain » accusent-ils.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here