La FAO alerte sur la hausse des prix des produits alimentaires en Afrique de l’Est

0

Les prix du maïs, du sorgho, et d’autres céréales et produits alimentaires atteignent un niveau record dans plusieurs pays d’Afrique de l’Est (Ethiopie, Kenya, Somalie, Soudan du sud, Ouganda, Tanzanie) en raison de la sécheresse qui y sévit, a alerté mardi la FAO, a-t-on appris de terre-net.fr.

« La forte hausse des prix restreint de manière importante l’accès aux produits alimentaires pour de nombreux ménages, en ayant notamment des conséquences alarmantes en termes d’insécurité alimentaire » a déclaré mardi Mario Zappacosta, économiste en chef à l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) dans un communiqué. Avec la sécheresse qui a fait baisser les récoltes, les prix des produits alimentaires ont atteint des niveaux « inhabituellement élevés », en particulier sur certains marchés urbains où « les prix des céréales de base ont doublé », selon l’institution onusienne. En Somalie, par exemple, les récoltes de maïs et de sorgho devraient connaître une chute de 75 % par rapport à leur niveau habituel, plaçant ainsi près de 6,2 millions de personnes, (soit plus de la moitié de la population somalienne) en situation d’insécurité alimentaire, surtout dans les zones rurales. A Mogadiscio, les prix du maïs ont augmenté de 23 % en janvier. A Arusha, en Tanzanie, ils ont quasiment doublé depuis le début de l’année, parvenant à un niveau 25 fois plus élevé que l’an dernier. Au Kenya, l’augmentation est de 30 % dans certaines zones, et 75 % par rapport à l’an dernier en Ouganda. Au Kenya, le prix des haricots a augmenté de 40 % en un an, et de 25 % en Ouganda. La sécheresse affecte aussi les éleveurs qui achètent les céréales plus chers, alors que les revenus qu’ils tirent du bétail vont en baissant : en Somalie, les prix des chèvres ont baissé de 60 % par rapport à l’an passé. Dans les zones pastorales du Kenya, les prix des chèvres ont également connu une baisse de 30 % ces douze derniers mois.

Les pénuries de pâturages et d’eau ont entraîné des pertes de bétail et ont contribué à réduire leur masse corporelle, ce qui a incité les éleveurs à vendre leurs animaux dès qu’ils le pouvaient. Cette situation a également fait augmenter les prix du lait, qui a fait un bond de 40 % cette année dans la région de Gedo, en Somalie.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here