Madiambal Diagne appelle à mieux former les journalistes pour faire face au changement climatique

0

Le président de l’Union de la presse francophone (Upf), Madiambal Diagne, a appelé jeudi à Ben Guerir (Maroc), les médias à renforcer leurs compétences dans le traitement de l’information climatique.

« C’est en ce sens que nous sommes en train d’élaborer une plateforme des médias qui doit être adoptée par les chefs d’Etat et de gouvernement à l’occasion des rencontres internationales, pour être une base juridique importante, afin de développer des programmes en direction des médias », a dit M. Diagne à l’envoyée spéciale de l’APS au Maroc, Sokhna Bator Sall. M. Diagne s’exprimait en marge de l’inauguration de la deuxième édition du symposium international portant sur « Médias, environnement et développement durable en Afrique ». Au total 150 journalistes de 27 pays africains prennent part à cette rencontre en vue de débattre sur la problématique environnementale. Ce symposium, le deuxième tenu, après celui de Monaco, intervient après la COP 22, (Conférence des parties à la convention cadre des Nations unies sur le climat), de Marrakech, en novembre dernier.

Le président de l’Upf a souligné la volonté de renforcer la dynamique de formation et d’échanges au sein de son institution. A ce propos, a-t-il ajouté, « la communauté internationale, doit prendre la résolution d’intéresser les médias, à la prise en charge des questions environnementales ». Le journaliste, président du Groupe Avenir communication, éditeur du journal Le Quotidien a soutenu que « c’est une opportunité donnée aux hommes des médias de pouvoir montrer tout leur intérêt sur cette problématique ». Madiambal Diagne a suggéré de mettre l’accent sur l’animation scientifique et culturelle au sein de l’Upf pour débattre d’une problématique qui répond aux préoccupations des membres. « Cette perception de l’UPF, par rapport à l’intérêt de développer les médias en Afrique, est de plus en plus affirmée », a-t-il fait valoir. Il a indiqué que ce symposium « est un cadre important qui permettra aux journalistes de pouvoir participer à mieux faire comprendre aux populations africaines et aux décideurs africains, la mission de protéger l’environnement (…) ». « L’Afrique subit la pollution produite par de nombreux autres pays sans aucune contrepartie qui est garantie. Si les pays africains comprennent ces enjeux là et participent à élever le niveau de compréhension, cela participera à éveiller les consciences », a conclu Madiambal Diagne.

Laisser un commentaire