Souleymane Diallo invite à la protection de l’écosystème au Sénégal

1

Souleymane Diallo, le directeur de cabinet du ministre sénégalais de l’Environnement et du Développement durable, a appelé, samedi, à Dakar, à la protection de l’écosystème au Sénégal, afin de garantir aux générations actuelles et à celles du futur l’accès aux ressources naturelles.

« Il faudrait veiller au maintien de l’équilibre et bannir toute action mettant à rude épreuve la résilience de nos écosystèmes, la disponibilité, l’accessibilité et l’utilisation des ressources naturelles, au bénéfice des populations actuelles et futures » a-t-il plaidé. M. Diallo intervenait à une conférence organisée à l’Université Cheikh-Anta-Diop (Ucad) en prélude à la célébration, lundi prochain, de la Journée mondiale de l’environnement, sur le thème : « Rapprocher les gens de la nature ». La conférence organisée par l’Institut supérieur de l’environnement (Ise) de l’Ucad portait sur le thème : « Villes vertes pour un développement durable au Sénégal : le cas de Diamnadio ». Selon le directeur du cabinet du ministre de l’Environnement et du Développement durable, ce thème offre l’occasion de « réfléchir aux interrelations entre l’homme et la nature » et d’«entreprendre des actions vigoureuses pour réduire les impacts des phénomènes » destructeurs de la faune, de la flore sauvage et de l’environnement.

« Nous réconcilier avec la nature »

« On n’a plus besoin de rappeler les relations qui existent entre l’homme et son cadre de vie », a par ailleurs souligné M. Diallo, ajoutant que « la perturbation des équilibres naturels affecte à la fois la qualité de l’environnement et le mode de vie des populations ». « L’objectif de cette conférence est d’attirer l’attention du public sur l’environnement, notamment en ce qui concerne la dégradation de la nature », a précisé le professeur Bienvenue Sambou, directeur de l’Ise. A l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, l’Ise va dérouler des actions de sensibilisation sur la dégradation de la nature et pousser les populations à prendre conscience de ce « danger » qu’est la destruction du cadre de vie, selon M. Sambou. « Nous restons persuadés que ces activités nous aideront à prendre conscience » des risques de destruction de l’environnement et à « nous réconcilier avec la nature », a-t-il ajouté. Le Sénégal doit donner le bon exemple dans ce domaine, en construisant des villes vertes, car il a bénéficié d’un programme des Nations unies pour s’y atteler, selon Bienvenue Sambou.

Selon le professeur Ngor, qui est intervenu à la conférence au nom du recteur de l’Ucad, le thème de la Journée mondiale de l’environnement 2017 offre à l’homme l’occasion de « revoir son comportement envers la nature » et de « penser à sa protection ». « La nature nous rend beaucoup de services (…). D’où l’importance pour nous, de nous réconcilier avec elle », a ajouté M. Faye.

Moctar FICOU / VivAfrik

1 COMMENTAIRE

  1. “ MON QUARTIER DOIT ME PLAIRE ”

    POURQUOI ?

    Nul n’ignore que le bien-être est primordial à l’évolution de la vie et qu’il ne peut se constater qu’en ayant en soi, le désir sinon l’ambition de vivre mieux et surtout sainement dans un environnement adapté à ses besoins vitaux.

    Prendre la décision de vivre désormais loin de la saleté, la crasse, des ordures, des odeurs nauséabondes, traînant dans les rues, devant toutes les portes des maisons, dans les maisons, dans les rues, écoles, lieux de santé, aires de jeux, espaces de divertissements, de repos, de travail, etc. C’est pour tout un chacun, une manière de retrousser les manches et récurer, draguer, nettoyer, déblayer, décrasser, dégraisser, astiquer, purifier, gérer son univers pour une meilleure préservation de sa vie.
    Lire la suite : https://web.facebook.com/andrejeanjacques.Guinion/posts/1579063488795312

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here