Le Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise vivement félicité par les ministres de l’Agriculture de l’UEMOA

0

Les ministres de l’Agriculture et de l’Élevage de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) avaient vivement félicité le Sénégal pour ces «performances» obtenues grâce au Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (Pracas).

Si l’on se fie à laviesenegalaise.com, les ministres avaient encouragé les autres États membres à capitaliser l’expérience tout en veillant à la soutenabilité de la croissance, indique le communiqué final de la réunion des ministres de l’Agriculture et de l’Élevage qui avait eu lieu sous la présidence de Aminata Mbengue Ndiaye, ministre de l’Élevage et des Productions animales du Sénégal. La cérémonie officielle d’ouverture des travaux avait été marquée par l’allocution de bienvenue de Abdallah Boureïma, président de la Commission de l’Uemoa et le discours d’ouverture de Albadé Abouba, ministre d’État, ministre de l’Agriculture et de l’Élevage du Niger. Selon le communiqué, les ministres avaient suivi, avec intérêt, l’exposé du Dr Dogo Seck, secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de l’Équipement rural du Sénégal qui présentait l’expérience du Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (Pracas) dans le Plan Sénégal émergent (Pse). La même source notait que les ministres avaient, par la suite, examiné et adopté le rapport de la réunion des experts chargés de l’agriculture et de l’élevage, préparatoire à la réunion des ministres, tenue à Niamey au Niger, du 5 au 7 juin 2017. Ils s’étaient appropriés les analyses faites sur l’état de mise en œuvre des recommandations de la 5ème réunion du Comité de Haut niveau sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la situation agricole et alimentaire de la région.

La réunion avait apprécié le niveau de récoltes globalement satisfaisant durant la campagne agricole 2016-2017, avec une production totale, pour la zone Uemoa, de plus de 28 millions de tonnes de céréales, 22 millions de tonnes de tubercules, 3 millions de tonnes respectivement pour le niébé et l’arachide, indiquait le communiqué. Ajoutant que toutes ces productions qui étaient en hausse par rapport à la campagne précédente et par rapport à la moyenne des cinq dernières années «dénotent un dynamisme de l’agriculture de l’Union». A Niamey, les ministres «s’étaient préoccupés de la prévalence de la malnutrition aiguë globale qui demeure critique, au Nord du Mali et au Sud-Est du Niger, mais également, de la situation difficile d’environ 3 millions de personnes en insécurité alimentaire en ce début de période de soudure (juin – août)».

Moctar FICOU / ViVAfrik

Laisser un commentaire