La Norvège a abrité le sommet interconfessionnel pour la lutte contre la déforestation le 19 juin

0

Oslo, la capitale norvégienne a accueilli le 19 juin des chefs spirituels et religieux de la planète pour encourager les communautés religieuses à protéger les forêts tropicales humides.

Des représentants des cultes chrétien, musulman, hindou, bouddhiste, taoïste et juif se joignent aux gardiens des forêts autochtones pour témoigner de leur engagement moral et mobiliser toutes les religions contre la déforestation, indique un communiqué parcouru par adiac-congo.com. Pour la première fois,  des chefs de nombreuses confessions du monde se sont réunis pour discuter de leur responsabilité spirituelle et éthique dans la protection des forêts tropicales humides, un des systèmes les plus vitaux pour l’avenir de notre planète. Envahies par la demande croissante de matières premières dans le monde, les forêts tropicales humides sont détruites à une allure vertigineuse, et chaque année des forêts d’une superficie de la taille de l’Autriche sont rasées. Le sommet interconfessionnel s’est tenu en présence de Sa Majesté le roi Harald V de Norvège. Il a examiné comment activer l’influence morale collective des communautés religieuses à travers le monde, qui pourrait être décisive pour la protection des dernières forêts tropicales humides du monde.

Il existe au sein des communautés religieuses un consensus croissant sur le fait que les problèmes environnementaux sont étroitement liés à la justice sociale, une position réaffirmée par le Laudato si du Pape François et les déclarations officielles de nombreux autres responsables religieux sur l’obligation spirituelle de protéger la planète et ses populations les plus vulnérables. « Ce sommet interreligieux marque le premier engagement significatif des religions envers une question que les climatologues et les experts du développement considèrent comme un pilier du combat international contre le changement climatique, la pauvreté, l’insécurité alimentaire et les violations des droits humains, ce sera aussi la première fois qu’un large éventail de chefs religieux et spirituels travaillera main dans la main avec des populations autochtones, gardiens historiques des forêts tropicales, sur un programme d’action contre la déforestation ».

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here