Quand l’Etat ivoirien et les industries cacao s’érigent en bouclier contre la déforestation

0

Ce mardi 13 juin 2017, à l’occasion de la Première table ronde sur l’Initiative Cacao et Forêts organisée par le ministère de la Salubrité, de l’environnement et du développement durable (Minsedd), des représentants de l’industrie du cacao, du secteur public et de la société civile se sont rencontrés pour construire un cadre d’actions pour mettre fin à la déforestation et à la dégradation des forêts dans la chaîne de valeur de cacao.

L’Initiative Cacao et Forêts lancée le 16 Mars 2017 à Londres, par IDH, The Sustainable trade inititaive, la Fondation mondiale du cacao (Wcf), 12 compagnies, et l’International sustainability unit (Isu) du Prince des Galles, a été maintenant rejointe par plus de 30 autres compagnies. Si l’on se fie à news.abidjan.net, madame Anne Désirée Ouloto, ministre de la Salubrité, de l’environnement et du développement durable : « le gouvernement de la Côte d’Ivoire est heureux de prendre part à cette initiative dont l’originalité réside dans un partenariat dynamique gouvernement-industrie du cacao ; nous sommes engagés à travailler ensemble pour un cadre d’actions commun visant à mettre fin à la déforestation dans la filière cacao. » La Côte d’Ivoire est le grand pays producteur de cacao au monde. La déforestation rapide qui est survenue au cours de ces dernières décennies représente une menace pour la biodiversité et la production de cacao du pays et par conséquent, pour l’environnement et l’économie de la Côte d’Ivoire. « Toutes les compagnies impliquées ont compris qu’il est important d’agir et d’agir maintenant » dit Richard Scobey, président de la Fondation mondiale du cacao (Wcf). « J’ai confiance qu’à travers ce processus multipartite conduit par IDH, The Sustainable trade initiative, nous serons en mesure de présenter un cadre d’actions réaliste à la COP 23 à Bonn en Novembre 2017, afin d’avoir un impact global durable sur la déforestation au sein de la chaîne de valeur du cacao ».

Au cours des 3 tables rondes multi parties prévues dans les 5 mois à venir, les parties prenantes issues du secteur public, du privé, de la société civile, des organisations des producteurs et des représentants des communautés donneront les orientations stratégiques pour le développement du cadre et la mise en œuvre d’une suite d’actions visant à mettre fin à la déforestation et la dégradation des forêts dans la chaîne de valeur du cacao en Côte d’Ivoire. La première table ronde avait pour objectif de collecter les contributions de tous les acteurs. Ces contributions seront mises en commun et une version provisoire du cadre sera présentée au public, lors d’une seconde table ronde qui se tiendra le jeudi 27 juillet 2017. Une dernière table ronde sera organisée en septembre pour présenter la version finale du cadre qui aura été approuvée par toutes les parties prenantes. Daan Wensing, directeur du Programme gestion des terroirs (Isla) de IDH : « il est important que toutes les parties prenantes soient impliquées dans la formulation d’ambitions nationales et la définition d’une feuille de route pour les réaliser. Conduire une croissance verte en Côte d’Ivoire et au Ghana nécessite l’engagement de tous les acteurs, non seulement du gouvernement, mais aussi du secteur privé, de la société civile et des planteurs. L’engagement de l’Industrie sur l’ensemble de la chaîne de valeur est une composante clé dans ce processus, et nous sommes heureux de le voir si fort dans l’Initiative cacao et forêts. ».

Pour appuyer le déploiement du Cadre d’action, un processus transparent et crédible sera développé pour mesurer et suivre les progrès par rapports aux objectifs fixés en matière de production, de protection et de restauration des forêts et d’inclusion des communautés.

Laisser un commentaire