Aïssatou Diouf appelle les Etats à être plus transparents dans leurs actions contre le changement climatique

0

Aïssatou Diouf, la chargée de plaidoyer changement climatique à Enda Energie, a invité les Etats à être plus transparents dans leurs actions. Elle faisait une présentation devant de jeunes protecteurs de l’environnement.

En partenariat avec le ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec, à travers l’initiative jeunesse climat, lancée lors de la Cop 21 à Paris, l’Association groupe d’actions et d’initiatives pour un développement alternatif (Gaia) a organisé, du 20 au 22 juillet 2017, la première édition de la formation de formateurs sur le thème : « Développer le leadership des jeunes dans la lutte contre les changements climatiques » au profit de 30 participants. Aïssatou Diouf, a axé sa présentation sur comment comprendre les négociations internationales sur le climat. Selon elle, une COP ou Conférence des parties, c’est le rassemblement des 194 Etats membres de la Convention climat pour négocier, adopter des décisions et veiller à leur suivi. « Elle dure près de deux semaines. Il arrive que les ministres jouent les prolongations de quelques heures ou quelques jours », a expliqué la journaliste de formation au quotidien lesoleil.sn, précisant que, depuis 1997, il y a eu des COP chaque fin d’année.

« Il est même arrivé qu’une COP « bis » se déroule dans la même année pour prendre des décisions qui n’avaient pu être prises en plénière, faute de temps ou d’accord. La Cop de Paris, en novembre-décembre 2015, était la 21ème conférence ministérielle sous la Convention climat. Selon elle, le changement climatique est un problème mondial. Par conséquent, elle a invité « les Etats à être plus transparents dans leurs actions ». Mieux, elle a plaidé pour une évaluation des engagements nationaux et un calcul de la distance qu’il reste à parcourir collectivement. A l’en croire, cela permettra aux Etats d’obtenir le renforcement de leurs objectifs nationaux et une négociation des engagements sectoriels supplémentaires dans les domaines de l’agriculture, du transport, etc. De son côté, Benoit Dufoor, chargé de projet à la Coopérative forêt d’Arden au Canada, a affirmé que sa présence entre dans le cadre de la préparation du week-eco 2017 initié par le Gala Sénégal. Selon lui, « les participants ont été formés aux concepts de base des changements climatiques, ses conséquences et solutions pour y faire face…».

Dr Awa Diouf Sylla qui a traité de la responsabilité des jeunes face au changement climatique a exhorté ces derniers à prendre conscience des risques. Elle a également alerté sur le fait que « certaines entreprises sont très polluantes du fait de leur installation. Par contre, d’autres récupèrent le CO2 (gaz carbonique) pour en faire une valeur dans la chaîne de l’économie verte ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire