Abdoulaye Faty : « GIRE outil d’adaptation au changement climatique »

0

Abdoulaye Faty, pansionnaire de l’Ecole Doctorale « Eau Qualité et Usage de l’Eau » (Edeque), UCAD n’est pas passé par les dos de la cuillère pour établir le lien entre les actions à entreprendre dans la gestion de l’eau afin d’aborder les questions liées au changement climatique. Il s’exprimait mardi 31 octobre 2017 à Dakar lors de la  célébration de la 5ème édition des trimestriels de l’Observatoire des valeurs sociétales et éthiques des organisations (Ovseo) sous le thème : « Gestion intégrée des ressources en eaux (Gire) : Accès durable à l’eau, conflits et perspectives ».

Selon l’universitaire, « la Gire c’est de s’assurer d’un accès suffisant à la ressource, la disponibilité pour l’usage productif et les fonctions environnementales de l’eau », explique Abdoulaye Faty qui présentait une communication ayant pour sous thème : « La Gire : Quel outil d’adaptation au changement climatique ? ». A l’en croire 7 défis majeurs s’imposent pour les gestionnaires de l’eau dans la gestion de l’eau pour aborder les questions de changement climatique : satisfaire les besoins fondamentaux, assurer la sécurité alimentaire, protéger les écosystèmes en partageant les ressources en eau ; en gérant les risques, en évaluant les ressources en eau ; et en gérant rationnellement l’eau. « Le changement climatique aura un grand impact sur les ressources en eau. La Gire fournit un cadre stratégique et de prise de décision pour des actions de gestion des ressources en eau ; elle fournit également un cadre de planification pour l’eau et une approche Gire fournit enfin un système pour la consultation et l’interaction des parties prenantes », affirme M. Faty. Qui ajoute que « le changement climatique est un phénomène global, mais les problèmes seront très locaux et nous devrons localement nous adapter et prévoir ».

De l’avis de l’universitaire l’adaptation n’a rien de nouveau. Tant les organismes et les écosystèmes, y compris l’espèce humaine, se sont adaptés aux changements et à la variabilité du climat. Des phénomènes climatiques plus récents, tels qu’ENSO, affectent un nombre  croissant de personnes en raison de l’absence de planification, de l’augmentation des peuplements dans les zones à haut risque, une augmentation de la pauvreté et à un accès limité à l’éducation, à la santé, etc.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here