« New Deal » sur l’énergie : la BAD vise 1400 MW en Afrique en 2018

0

La Banque africaine de développement (Bad) a annoncé son intention de produire cumulativement 1400 mégawatts (Mw) d’énergie renouvelable, dans le cadre du « New Deal » sur l’énergie pour l’Afrique.

« Nous sommes résolument à la pointe des énergies renouvelables. Nous aiderons l’Afrique à exploiter tout son potentiel énergétique, en développant un mix énergétique équilibré afin de soutenir les projets d’industrialisation », a déclaré Akinwumi Adesina, président de la Bad. L’Initiative pour l’énergie renouvelable en Afrique (Arei) dont l’objectif est de fournir 300 gigawatts (Gw) d’énergies renouvelables en 2030 et 10 Gw d’ici à 2020, figure maintenant parmi les actions favorisées par la Bad, comme l’ont demandé les chefs d’État et de gouvernement africains, rappelle-t-on dans les colonnes du site d’information midi-madagasikara.mg. Pour sa part, le G7 a promis d’engager 10 milliards USD pour soutenir cette initiative, issue de la COP21 et approuvée par l’Union africaine. La BAD, quant à elle, a déjà approuvé en novembre dernier, son deuxième plan d’action sur le changement climatique 2016-2020 (Ccap2) qui peut se traduire comme un message clair de son engagement à aider les pays africains à mobiliser des ressources pour soutenir la mise en œuvre des actions au niveau national, ainsi que celles avec les organisations régionales, de manière à soutenir en même temps le développement. L’approbation de ce plan d’action a d’ailleurs fait écho aux discussions de la COP23 à Bonn, en Allemagne, pour le renforcement de la réponse mondiale aux menaces du changement climatique. Par ailleurs, avec le mandat élargi dans le cadre du « New Deal » sur l’énergie pour l’Afrique, le Conseil d’administration de la Bad a également approuvé le 15 décembre 2017, un investissement de 20 millions USD pour l’énergie durable.  Cet investissement dans le « Fonds Evolution II » vise à contribuer à la croissance et au développement durable, avec la création, notamment pour les femmes. D’après les explications, cela devrait s’accompagner d’effets d’entraînement, induits par la mobilisation de l’économie générée par l’accès à l’électricité.

A noter que la part des projets d’énergies renouvelables dans le portefeuille de la production d’électricité de la Bad est passée de 14% pour la période 2007-2011, à 64% pour la période 2012-2016. Madagascar figure parmi les bénéficiaires privilégiés de ces projets.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here