L’interdiction du commerce de l’ivoire en Chine saluée par la Guinée, l’Ouganda et le Zimbabwe

0

La Chine a fait un véritable “cadeau de noël” aux éléphants et autres mammifères porteurs de défenses en ivoire, puisque le pays a formellement interdit le commerce de l’ivoire dans son territoire. Jadis le premier importateur d’ivoire au monde, la Chine vient ainsi barrer la route aux trafiquants et braconniers en décrétant illégal et hors la loi depuis le 1er Janvier 2018 tout achat ou vente d’ivoire.

Les pays africains pourvoyeurs malgré eux d’ivoire à travers des réseaux de braconniers et autres marchands de terreur, ont réagi avec beaucoup d’enthousiasme à la nouvelle annoncée par la chine d’interdire le commerce d’ivoire.

En Guinée « les éléphants sont menacés de disparition »

“Nous sommes très réconfortés par cette décision de la Chine d’interdire le commerce de l’ivoire sur son territoire”, a affirmé le colonel Namory Keita, directeur national de la conservation de la nature et chef de l’autorité de l’organe de gestion de CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) pour la Guinée, lors d’une interview accordée mercredi à Xinhua.

A cette occasion, le directeur de la conservation de la nature a souligné que les éléphants sont menacés de disparition en Guinée par manque de mesure d’encadrement et de protection sur le terrain.

Pour sa part, Mamadou Bella Diallo, de la CITES au niveau de la direction nationale des eaux et forêts en Guinée, a fait remarquer que la CITES est composée de plus de 180 pays, qui conjuguent leurs efforts afin de lutter contre la menace des espèces animales dans le monde.

“Avec la décision de la Chine d’interdire la vente de l’ivoire, je pense qu’il faut maintenant une cohésion internationale pour lutter contre ce trafic”, a dit M. Diallo, pour qui, il existe en Guinée une cellule multidisciplinaire composée de la douane, de la police, du ministère de l’Environnement pour faire face aux trafiquants de l’ivoire et des autres espèces animales commercialisées.

Beaucoup d’espoir pour les éléphants d’Ouganda, d’Afrique et du monde entier

L’Autorité de la faune sauvage d’Ouganda (UWA) a salué mardi l’interdiction du commerce de l’ivoire en Chine comme un important pas en avant.  Andrew Seguya, directeur exécutif de l’UWA, a déclaré à Xinhua que la décision de la Chine allait contribuer de manière significative à la protection et à la conservation des éléphants d’Afrique.

“Cela nous donne beaucoup d’espoir pour les éléphants d’Ouganda, d’Afrique et du monde entier. Nous félicitons donc le gouvernement chinois pour cette décision”, a-t-il déclaré.

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), la population totale de l’éléphant d’Afrique a baissé de 111.000 individus au cours des dix dernières années. Après un pic en 2011, le braconnage des éléphants d’Afrique a enregistré une certaine baisse, mais se maintient à un niveau bien trop élevé à l’échelle du continent.

L’Autorité nationale des forêts de Chine a déclaré qu’en respectant sa promesse de mettre fin au commerce et au travail de l’ivoire d’ici la fin 2017, la Chine avait “offert un cadeau de Nouvel An aux éléphants”.

Les chiffres publiés par le gouvernement chinois montrent que cette décision affectera 34 entreprises de travail de l’ivoire et 143 points de vente, qui fermeront tous leurs portes.

Au Zimbabwe : cette interdiction par la Chine devrait réduire le braconnage

Les autorités zimbabwéennes de conservation des espèces ont félicité la Chine d’avoir interdit le commerce de l’ivoire, insistant toutefois sur la nécessité de faire respecter rigoureusement cette législation.

Le Zimbabwe lutte depuis des années contre le braconnage de ses animaux sauvages, notamment les éléphants et rhinocéros. Ces derniers ne sont plus que 800 dans le pays à cause du braconnage, tandis que les éléphants, au nombre de 84.000, dépassent les capacités d’accueil du pays.

Johnny Rodrigues, président du Groupe de travail pour la conservation au Zimbabwe, estime que l’interdiction du commerce de l’ivoire par la Chine devrait contribuer à réduire le braconnage dans le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here