Algérie : la valeur de la production agricole dépasse 30 milliards de dollars

0

« Aujourd’hui, la production nationale a une valeur estimée à plus de 3 000 milliards de dinars (environ 30 milliards de dollars), alors que ce chiffre ne dépassait pas les 500 milliards en 2000 », disait Abdelkader Bouazghi, ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche en septembre 2017.

S’exprimant devant les députés à l’occasion de la réunion de la commission des finances de l’Assemblée populaire nationale (Apn) tenue le mercredi 10 janvier 2018 portant sur l’examen de la loi du règlement budgétaire, M. Bouazghi ajoute que « les programmes dont a bénéficié le secteur ont permis de concrétiser un nombre important d’objectifs tracés et de placer l’agriculture au cœur du développement ». D’après le ministre, la superficie des terres exploitée est passée de 8,5 à 9 millions d’hectares et les superficies irriguées sont aujourd’hui estimées à quelque 2 millions d’hectares, déclare-t-il, expliquant qu’aujourd’hui, l’agriculture algérienne contribue à environ 13% du PIB et emploie plus de 10,8% de la population active. Outre la culture de liège, l’Algérie produit également du blé, de l’orge, de l’avoine, les agrumes et le tabac.

Déterminée à relever les défis qui plombent son agriculture, l’Algérie a choisi d’adopter une stratégie qui promeut une politique agricole durable garantissant la sécurité alimentaire, réduisant le déséquilibre de la balance commerciale et contribuer à la diversification de l’économie du pays tout en tenant compte de la situation nationale et internationale. Cette stratégie vise principalement « l’augmentation et la valorisation du volume de la production nationale, à travers la mobilisation rationnelle des moyens disponibles, en ciblant les filières stratégiques pour répondre aux besoins de la population ; réduire graduellement l’importation ; et se lancer dans l’exportation ».

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here