Les forêts marocaines en déperdition à cause de l’hiver

0

Confronté à une vague de froid sans précédent, la population rurale marocaine n’a trouvé mieux de s’approvisionner en bois pour s’échauffer et cuisiner. Une situation qui met en péril les forêts de ce pays d’Afrique du Nord dont la majeure partie des habitants vivant en campagne ne goutent guère aux délices des équipements du confort moderne.

Une enquête menée en zone rurale marocaine renseigne que trois foyers sur quatre possèdent une bouteille de gaz, mais ne l’utilisent pas de façon continue, préférant le bois. Ce qui justifiant que cette ressource issue des forêts et communément appelée « le bois de feu » reste la deuxième source d’énergie du pays. Avec six millions de tonnes utilisées, la consommation de bois au Maroc est deux fois plus supérieure à la production. Il est clair que la différence est comblée par l’exploitation illégale. Les forêts marocaines sont exploitées quasi exclusivement à 80% pour cette fin.

Pour faire à cet hiver rigoureux qui continue de dicter sa loi aux populations rurales marocaines tout en préservant les forêts, le haut-commissariat des Eaux et Forêts s’engage à distribuer 6300 fours « améliorés » aux plus démunis. Dans cette même logique, le Programme décennal prévoit de distribuer 60.000 fours d’ici à 2024 au profit de 300.000 ménages dans 110 communes rurales alors que 89 % des consommateurs de ce bois vivent dans les zones rurales. Ces fours « améliorés » sont à la fois des appareils de cuisson et de chauffage avec un meilleur rendement, faisant chuter les charges financières des ménages ou le temps passé à ramasser du bois. Cela contribue également à protéger la ressource du bois. Les autorités marocaines, via le Programme décennal envisagent également de réduire de 7500 tonnes la coupe du bois sur pied et atteindre à partir de 2024 une réduction de 150.000 tonnes pour une superficie de 4000 hectares de forêt d’eucalyptus qui seraient ainsi sauvegardés.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here