Un projet de valorisation des déchets en gestation au Cameroun

0

Le délégué du gouvernement camerounais auprès de la communauté urbaine de Douala, Fritz Ntonè Ntonè et le délégué général de l’ONG française Guidle, Olivier Allard ont procédé à la signature d’une convention de partenariat le 23 janvier 2018 à Douala. Cette convention a pour fin la mise en place d’un projet de valorisation des déchets électrique et électroniques au Cameroun dénommé Weecam.

Pour le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala, il est question de faire de sa cité : « une ville pilote en matière d’environnement en lien avec le Projet Douala, ville durable. » Selon les deux parties, ce projet aura pour mérite de créer une filière soutenable et reproductible de collecte et de traitement à grande échelle des déchets d’équipements électroniques (D3E). Evalué à 4 milliards de FCFA, ce projet, d’une durée de 5 ans, permettra de traiter dans les villes de Douala et Yaoundé, 5 000 tonnes de déchets recyclés par an, dont 3900 localement. En outre, cette initiative vise l’installation d’un système de collecte et pré-collecte à grande échelle en zone urbaine et la mise en place d’une unité semi-industrielle de traitement durable D3E. Le projet financé en grande partie par le Fonds français pour l’environnement mondial (Ffem), va également contribuer au renforcement du cadre institutionnel régissant le secteur de la collecte, du traitement et du recyclage des déchets électriques au Cameroun. Et les objectifs du projet sont multiples. Parmi ceux-ci, il y a la lutte contre la pollution et la préservation de l’environnement ainsi que le soutien à l’économie locale par la création d’emplois pérennes.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here