Electrification de l’Afrique de l’Ouest : Dabiré Bayaornibé lance le PROMERC

0

L’Afrique de l’Ouest compte finir avec les maux qui hantent l’accès à l’électricité. Ainsi, le projet baptisé « Promotion d’un marché d’électricité respectueux du climat dans la région CEDEAO » (Promerc), cofinancé par le gouvernement allemand (par le biais du Deutsche Kreditanstaltfür Wiederaufbau (Kfw)) et l’Union européenne par via le projet d’« amélioration de la gouvernance du secteur des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique en Afrique de l’Ouest (Agoseree-Ao) », a été officiellement lancé par Dabiré Bayaornibé, directeur de l’Energie de la CEDEAO à Cotonou au Bénin le 12 février 2018.

Promerc pour l’accès à l’énergie propre

A cet effet, une feuille de route du marché régional de l’électricité contribuant à l’amélioration du bien-être des populations et de l’économie des pays membres a été élaborée. « En 2016, un peu moins de 60 000 gigawatt heures (Gwh) d’électricité ont pu être fournis, dont 8,9 % étaient transfrontaliers. Environ 90 % des sources d’énergie fossile ont été utilisées pour produire de l’électricité et environ 10 % seulement de l’électricité proviennent de grandes centrales hydroélectriques », a-t-on noté dans le communiqué de presse sanctionnant le lancement du projet.

Le document informe par ailleurs que le manque d’approvisionnement en électricité continue d’être un obstacle au développement en Afrique de l’Ouest. Le Promerc vise à aider les pays d’Afrique de l’Ouest à accéder à l’énergie propre.

De l’avis d’Honoré Bloger, président de l’Autorité de régulation régionale du secteur de l’électricité de la CEDEAO (Arrec), le projet qui bénéficie de l’appui technique de la Giz, « vise l’amélioration des préconditions clés pour un marché régional d’électricité respectueux du climat en Afrique de l’Ouest ». Il fait suite au programme régional dénommé « Promotion d’une interconnexion d’échange d’énergie respectueuse du climat en Afrique de l’Ouest », qui a enregistré des progrès significatifs en faveur des pays de la sous-région et qui justifie l’arrivée du Promerc.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here