3ème Édition de photovoltaïca, quels enjeux ?

0

L’objectif qui est assigné à la rencontre qui attend cette année 700 participants est de confirmer son rôle de plateforme d’opportunités d’affaires pour les acteurs du secteur des énergies renouvelables en général et du solaire photovoltaïque en particulier.

L’Afrique subsaharienne à l’honneur

La 3ème édition du salon Photovoltaïca se déroule du 13 au 15 février 2018 au Palais des congrès de Marrakech. Selon les organisateurs, l’objectif qui est assigné à la rencontre, qui attend cette année 700 participants, est de confirmer son rôle de plateforme d’opportunités d’affaires pour les acteurs du secteur des énergies renouvelables en général et du solaire photovoltaïque en particulier.

En effet, ce salon se présente à nouveau comme l’occasion pour les hommes d’affaires du domaine à l’affût d’opportunités de prendre connaissance des projets initiés à la fois par le ministère de l’Énergie, des mines et du développement durable et par ses différents organismes affiliés parmi lesquels figurent le Secrétariat d’État chargé du développement durable (Sedd), l’Agence de l’énergie durable (Masen), l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (Iresen), la Société d’investissements énergétiques (Sie), l’Agence marocaine de l’efficacité énergétique (Amee). Ces derniers y vendent leurs produits et/ou services hors des frontières nationales.

D’abord parce que les organisateurs ont choisi comme invité d’honneur de cette troisième édition l’Afrique, entendez les pays d’Afrique subsaharienne visités par sa majesté le roi Mohammed VI dans le cadre du partenariat Maroc-Afrique. Il s’agit, entre autres, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, de la Sierra Leone, du Gabon, du Burundi, de la Guinée équatoriale, du Ghana, de Madagascar, d’Éthiopie, du Soudan, etc… dont les donneurs d’ordres en quête de solutions durables exposent leurs besoins dans le but de trouver chaussures à leurs pieds.

Ensuite, il y a la présence de plusieurs autres délégations provenant d’Europe et d’Asie, notamment allemande, italienne, française et portugaise mais également chinoise et des pays du Golfe. Côté exposition, les participants sont classés en neuf catégories distinctes (Énergie solaire, énergie éolienne, réseaux électriques, fonds d’investissement, institutions financières, entreprises d’énergies renouvelables, associations d’énergies renouvelables, délégations officielles) et répartis dans plusieurs espaces. Il est notamment prévu un Espace Prestige composé d’une zone institutionnelle et d’une zone dédiée aux partenaires officiels gold et silver.

Vers le développement durable en Afrique

Selon les organisateurs, cet espace est éco-conçu avec des matériaux issus du développement durable avec un design et une touche de décoration axée sur le patrimoine architectural africain. L’exposition a également un pavillon exclusivement réservé aux délégations des pays, un pavillon pour les PME, un pavillon pour les associations ainsi qu’un espace de rencontres entre exposants et visiteurs professionnels.

Côté animation, la 3ème édition de Photovoltaïca axée sur le thème «Vers le développement durable en Afrique», prévoit cinq panels. Le 13 février 2018, les participants aborderont deux thématiques : les perspectives de développement du photovoltaïque dans le monde et en Afrique et la place du photovoltaïque dans les politiques publiques. Modéré par un membre du directoire de Masen, le premier panel connaît par exemple les interventions de Fath Birol, le directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie (Iae) et d’Antonio Cammisecra, CEO d’Enel Green Power.

Financement des projets photovoltaïques en Afrique

Le 14 février de l’année en cours, trois panels sont programmés dans la journée. Ils porteront dans l’ordre chronologique sur le financement des projets photovoltaïques en Afrique : expériences des pays et points de vue des investisseurs financiers ; évolutions des technologies de stockage et réseaux intelligents, leviers pour le développement à grande échelle du photovoltaïque et apports combinés du solaire et du stockage dans les solutions intégrées pour les pays d’Afrique.

Dans le premier panel, des bailleurs de fonds comme Ines France ou encore Marubani Japon ont exposé leur modèle respectif de financement à côté de la marocaine, la Caisse centrale de garantie (Ccg). Dans le second panel, on a assisté à la présentation d’une profusion de systèmes de stockage notamment par Aaqius, Masdar, Leclanché, Ventes PowlDian et Managem. Alors que dans le troisième et dernier panel, il est question de modèles hybrides combinant le photovoltaïque et la mobilité ou encore le photovoltaïque au service du dessalement d’eau de mer.

Avec leseco.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here