Mali : Ibrahim Boubacar Keita rêve d’« une agriculture moderne et maîtrisée »

0

« Une agriculture moderne et maîtrisée est une alternative crédible contre la sécheresse ». Telle est l’affirmation faite par le président de la République du Mali. Ibrahim Boubacar Keita s’exprimait lors de la 18ème conférence des chefs d’Etat et de gouvernement du Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (Cilss) le 7 février 2018 à Niamey au Niger.

Lors de son allocution, le chef de l’Etat malien a laissé entendre que « notre combat est une lutte pour la survie de l’espèce humaine ». Arguant que « nous avons accordé 15% du budget  à l’agriculture. Cette année, nous allons enregistrer une bonne saison cotonnière et aussi de cultures vivrières. Les populations sont rassurées d’avoir à manger. Mais cela ne suffit pas, il faut pouvoir manger dans un espace sécurisé », a poursuivi le président Kéita avant de lancer que « notre combat est une lutte pour la survie de l’espèce humaine ».

La vie au bord des sources d’eau devient rare

 Poursuivant son speech, le président malien a plaidé pour la sauvegarde du lac Tchad et le fleuve Niger qui se rétrécissent de jour en jour. « La vie au bord de ces sources d’eau devient rare. Des cadavres de bêtes tout au long. Les dunes de sable colonisent le lit du fleuve. Tout cela n’est pas une illusion. Nous vivons le changement climatique dans nos chairs tous les jours », a indiqué M. Keita.

Abordant la question démographique, il a renseigné que la population de l’Afrique sub-saharienne, estimée à 920 millions en 2014, va plus que doubler dans les 36 prochaines années. Ces changements démographiques tels qu’ils sont prévus, vont avoir des conséquences énormes dans beaucoup de pays et ce, dans de nombreux domaines allant de la production agricole jusqu’aux perspectives de développement socioéconomique, en passant par la stabilité politique. Le Sahel, en particulier, devra faire face aux défis les plus extrêmes, aggravés par la menace terroriste.

Enfin, Ibrahim Boubacar Keita situe les raisons de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire au Sahel  dans le phénomène de l’exode des populations et l’extrémisme religieux.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here