L’Afrique vise une énergie continue à moindre prix, dixit Abdou Ndéné Sall

0

L’énergie est à la base de tout développement. « Si une communauté a une énergie continue à un meilleur prix, elle travaille sur les facteurs de production parce qu’il y a la compétitivité ». Telle est la conviction d’Abdou Ndéné Sall, ministre Délégué chargé du Développement du réseau ferroviaire du Sénégal.

Les Nations qui ont réglé les problèmes d’énergie et le coût du travail attirent les investissements

M. Sall s’exprimait lors de la cérémonie de retraite des investisseurs africains et américains pour développer les infrastructures en Afrique le 3 mars 2018 à Dakar. Une rencontre initiée par la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (Cea), à travers l’Institut africain de développement économique et de planification (Idep), en collaboration avec le Partenariat d’investissement NASP-USAID visant à mobiliser les investisseurs institutionnels pour développer l’Afrique (MiDA).

Au cours de son speech, il a laissé entendre qu’un projet, surtout énergétique, c’est d’abord « le marché, c’est la compétitivité. Un projet qui n’est pas compétitif n’attire pas les financements. C’est pourquoi, dans un projet, après l’identification, on fait la préparation et la préparation repose sur les analyses de faisabilité, le business plan », a soutenu le ministre Délégué. A l’en croire, un projet qui n’est pas rentable ne sera automatiquement pas financé. D’où l’importance de la résolution du problème énergétique en Afrique. L’énergie constitue un facteur de production extrêmement important. Selon lui, « les Nations qui ont réglé les problèmes d’énergie et le coût du travail attirent les investissements énormes ». Pour preuve, le ministre cite l’exemple du Japon.

« Vous avez vu, au Japon, ils n’ont pas de ressources mais ils ont des facteurs de production vraiment opérationnels. Pourtant ce pays attire beaucoup d’investisseurs privés. C’est pour vous dire le problème énergétique ne se pose pas là-bas », a-t-il dit.

A la question de savoir comment financer les infrastructures en Afrique, comment mobiliser l’épargne domestique, ou comment structurer le financement global pour prendre en charge le gap infrastructurel en Afrique ? Le ministre répond : « il n y a que la confiance, l’argent. C’est parce que l’argent circule qu’on arrive à rattraper les autres pays. Encore une fois de plus, c’est par la confiance qu’on peut attirer les investisseurs publics et privés. Au Sénégal, nous avons un cadre de gouvernance fiable, une stratégie crédible qui est le Plan Sénégal émergeant (Pse) conçu localement et qui intègre nos besoins », a détaillé le ministre Délégué chargé du Développement du réseau ferroviaire.

Le Sénégal regorge d’énormes infrastructures de haute qualité

Pour sa part, Vera Songwé, secrétaire générale adjointe de l’ONU et secrétaire exécutive de la Cea, estime que l’atelier a pour mission de voir les types d’investissements possibles pour le continent africain et comment mobiliser les fonds de pension américains avec les fonds de pension africains.

En compagnie des représentants de l’Afrique du Sud, du Nigéria, du Ghana, du Gabon et du Kenya, venus prendre part à cette rencontre, Mme Songwé a affirmé que leur objectif est de voir ce qu’il y a lieu de faire, un échange Sud-Sud. « Y a-t-il possibilité de fédérer les investissements américains avec les investissements africains ? », s’interroge-t-elle. Avant de poursuivre « en Afrique nous avons près de 400 mille milliards de fonds dormants qui représentent de l’épargne africain que nous pouvons utiliser pour faire de l’infrastructure, créer des emplois pour les jeunes », explique Vera Songwé.

A l’en croire, le choix du Sénégal d’abriter cette importante cérémonie s’explique par le fait que notre pays regorge d’énormes infrastructures de haute qualité tels que l’Aéroport international Blaise Diagne de Dakar-Diamniadio, les nouvelles centrales électriques, le port de Dakar, et le projet du TER en cours de réalisation.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here