Le Nigéria a ouvert son académie africaine sur les énergies renouvelables

0

C’est désormais officiel. Le Nigéria a finalement ouvert son académie africaine sur les énergies renouvelables. Cette académie est lancée par le groupe Asteven. Ainsi, le Nigeria est devenu le premier pays d’Afrique subsaharienne à se doter d’une académie où les vendeurs verts, les fournisseurs de services, les installateurs, les techniciens et les distributeurs de technologies d’énergies renouvelables peuvent être formés.

La cérémonie d’ouverture est considérée comme une intervention opportune, en particulier du fait que le Nigeria lutte actuellement pour une autosuffisance en matière de production et de fourniture d’électricité.

En tant qu’entreprise fournisseur de solutions énergétiques vertes, et dans le cadre de son engagement à adapter une approche holistique à la durabilité tout en jouant un rôle plus important dans l’adoption de pratiques efficaces en Afrique, le groupe Asteven affirme que l’académie est construite et structurée en ligne pour soutenir les marchés en développement rapide pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique de l’industrie.D’après les fournisseurs de solutions d’énergie verte, le programme de l’académie facilitera la réception de certifications professionnelles globales dans chaque domaine d’étude.

Le groupe Asteven est sans doute à l’avant-garde de la révolution du marché des énergies renouvelables

De l’avis du directeur général du groupe Asteven, Sunny Akpoyibo qui parle d’un besoin urgent de créer des emplois et des opportunités, l’Académie est née de la nécessité de développer les capacités locales, de changer le cours de l’accès à l’énergie au Nigeria et d’accroître la création d’emplois. Celui-ci a attiré l’attention du public sur le fait qu’environ 60% des Nigérians n’ont pas accès aux formes modernes d’énergie. La vision de l’académie vient ainsi compléter un projet d’installation lancé plus tôt de plus de 20 mégawatts d’énergie renouvelable au Nigéria.

Le groupe Asteven est sans doute à l’avant-garde de la révolution du marché des énergies renouvelables, c’est parce que son projet n’a pas seulement permis d’éclairer les zones du projet, mais aussi de réduire les émissions de dioxyde de carbone (CO2) nocives pour l’ ozone. Selon les rapports, environ 94% de la population du Nigéria dépend fortement  des combustibles fossiles, des générateurs, du kérosène, du bois de chauffage etc. Ajoutant aux fort taux de croissance paralysant du développement au Nigéria, le manque d’énergie est devenu l’une des plus grandes menaces.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here