La Banque mondiale au chevet de la gestion urbaine en Ethiopie

0

La Banque mondiale a accordé 600 millions $ à l’Ethiopie pour améliorer la gestion urbaine, les infrastructures et les services publics dans ce pays.  Elle a approuvé, via l’Association internationale de développement (Ida), son institution d’aide aux pays pauvres, un financement d’un montant total de 600 millions $.

Selon des sources proches du dossier, cet appui financier servira à renforcer les capacités et les performances des autorités urbaines locales, à développer les infrastructures et les services publics, ainsi qu’à promouvoir le développement économique local dans les villes éthiopiennes.

Si l’on se fie à la Banque mondiale, l’Ethiopie est l’un des pays d’Afrique subsaharienne connaissant une urbanisation des plus rapides, la population urbaine augmentant de 3,8% par an. Une situation qui pose des défis, à mesure que les villes font des efforts en vue de fournir des infrastructures, des services et des emplois.

Ainsi, depuis le début des années 2000, la Banque mondiale soutient l’Ethiopie en vue de relever ces défis et de favoriser une urbanisation intelligente, notamment par le biais du Programme de développement des collectivités locales urbaines (Ulgdp).

Le programme qui a joué un rôle clé dans l’amélioration de la performance institutionnelle des gouvernements locaux est également la base sur laquelle est construit le nouveau Programme de développement institutionnel et infrastructurel urbain (Uiidp).

L’Uiidp est aligné sur le deuxième programme de croissance et de transformation du gouvernement éthiopien

Pour sa part, l’Uiidp va intensifier les activités lancées dans le cadre de l’Ulgdp pour soutenir 73 nouvelles villes – sur un total de 117 – dans neuf Etats régionaux et bénéficier à plus de 6,6 millions d’Ethiopiens.

L’Uiidp prévoit, en outre, que toutes les villes généreront à long terme des niveaux croissants de revenus autonomes, avec lesquels financer des investissements dans l’infrastructure et fournir des services.

A noter que l’Uiidp est aligné sur le deuxième programme de croissance et de transformation du gouvernement éthiopien, ainsi que sur les stratégies des politiques de son Ministère du développement urbain et du logement, à travers les objectifs de prospérité durable des villes éthiopiennes pour 2015/2016-2024/2025. Il s’articule autour de plusieurs axes, notamment : construire vert et résilient ; une meilleure gestion des villes et enfin le plan national d’aménagement urbain.

Pour la Banque, en aidant à créer des centres urbains efficaces et productifs, ce programme contribue à la réalisation de ses objectifs, à savoir : mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here