Le savoir-faire de la SDE, « une référence africaine en termes de performance »

0

L’édition 2018 de la Journée mondiale de l’eau traditionnellement célébrée chaque 22 mars est dédiée aux « Solutions pour l’eau basées sur la nature ». Autrement dit : comment utiliser la nature pour répondre aux défis actuels et futurs de l’eau et de l’assainissement ?

Au Sénégal, la célébration de cette journée est marquée par la présentation au grand public du rapport de la Responsabilité sociétale d’entreprise (Rse) de la Sénégalaise des eaux (Sde) par Abdoul Ball, directeur général de ladite société. Au cours de cette rencontre tenue à Dakar ce 22 mars 2018, M. Ball s’est prêté volontiers à un jeu de questions-réponses avec VivAfrik, relevant que sa structure constitue « une référence africaine en termes de performance ». Abdoul Ball refuse de passer sous silence les différentes actualités de la Sde.

VivAfrik : La Sde se réfère à l’année 1996 s’agissant de sa mise en service. Peut-on parler d’un bilan satisfaisant ?  

Abdoul Ball : Les chiffres parlent d’eux-mêmes ! Le taux d’accès au service de la Sde est passé de 80% en 1996 à 98% en en 2017 (contre une moyenne de 68% en Afrique subsaharienne). Avec un nombre de clients ayant plus que doublé sur la même période (près de 7 millions de consommateurs aujourd’hui), le Sénégal a augmenté la production d’eau de 96, 3 millions de m3 à 180, 4 millions de m3 d’eau potable en 2016 et 185, 6 millions de m3 en 2017. Avec un rendement de réseau de 81% (soit une hausse de plus de 10 points depuis 20 ans). Les pertes sont par ailleurs en fortes diminution. Alors que l’alimentation en eau reste important défi pour de nombreux pays africains, le savoir-faire de la Sde constitue une référence africaine en termes de performance. Ainsi, nous intervenons en République démocratique du Congo, la ville de Dakar a été récemment distinguée par la Banque mondiale pour l’efficacité de la gestion de son réseau et puis surtout, le Sénégal a atteint l’Objectif du millénaire pour le développement (Omd) pour l’eau et peut servir, encore une fois de plus,  de modèle africain pour les nouveaux Objectifs de développement durable (Odd) pour « garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources ».

Avez-vous fait appel à l’expertise internationale pour atteindre ces résultats ?

La Sde apporte la démonstration qu’en matière d’accès à l’eau et de gestion de service public. Il est des réussites africaines à dupliquer et à promouvoir si le continent veut relever le défi d’un accès à l’eau pour tous. Pourquoi faudrait-il aller chercher des recettes venues d’ailleurs ? Au Sénégal, des solutions ont été validées en une vingtaine d’année par un ensemble d’acteurs publics et privés tendus vers les mêmes objectifs : financer des investissements pérennes, produire une eau saine et accessible, gérer au mieux un réseau en croissance, satisfaire une population en augmentation à un prix le juste possible.

Pour cela, la Sde a su allier expertise nationale et performances professionnelles, engagement auprès de ses clients et respect de ses collaborateurs, service de qualité et préservation de l’environnement… Cet ensemble d’objectifs qui peuvent paraître à première vue contradictoires constitue en fait un seul et même projet articulé autour de la Responsabilité sociétale d’entreprise (Rse).

Y’a-t-il une politique orientée vers les collaborateurs dont vous faites allusion ?   

Ces performances s’expliquent notamment par l’investissement dans les compétences internes, le capital humain et l’attention portée au bien-être des salariés de la Sde. L’entreprise est résolument engagée dans une stratégie de renforcement et de développement de ses 1209 collaborateurs, avec 86,7 millions de FCFA dépensés en 2016 pour la formation de plus de 800 collaborateurs, soit au total 18 296 heures de formation dispensées. Considérant qu’un contrat durable est un facteur d’attractivité et de motivation, 97% des contrats étaient des Contrats à durée indéterminée (Cdi) en 2016.

La Responsabilité sociétale d’entreprise occupe-t-elle une place de choix dans la politique de la Sde ?

En tant qu’entreprise citoyenne, la Sde attache une importance particulière à sa Responsabilité sociale et environnement pour le bénéfice des populations et le développement local. Ainsi, la Sde accompagne la SONES en mettant en œuvre les programmes d’accès à l’eau des populations défavorisées. Le nombre de branchements dédiés aux populations à faible revenue a été de 4 781 en 2015 et de 5848 en 2016. Au cours des cinq dernières années, 53 793 branchements sociaux et 276 691 mètres d’extension ont été réalisés. Cet encrage parmi les communautés se traduit par des actions menées en faveurs des populations voisines des installations de la Sde.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here