La RSE, vue par le camerounais Jacques Minane

0

La Responsabilité sociale de des entreprises (Rse) est la prise en compte volontaire par toute organisation des préoccupations sociales et environnementales dans sa stratégie d’entreprise.

C’est cette ambiguïté qui a poussé Jacques Minane, un retraité de la banque et de la finance, à se pencher sur la question, dans le cadre d’une thèse de doctorat dont le thème est « Contribution de la responsabilité sociale de l’entreprise à la maîtrise des risques opérationnels en milieu bancaire : cas des banques au Cameroun ».

D’entrée de jeu, l’auteur, inspecteur retraité de la Commission bancaire de l’Afrique centrale, affirme qu’il s’est cantonné au milieu qu’il connaît le mieux. Ainsi le désormais docteur révèle que des situations de fraude, voire de détournement peuvent mettre en péril la poursuite normale des activités des banques concernées.

Des situations qui arrivent parce que la surveillance qui s’impose sur les risques opérationnels n’a pas été de mise. « L’objectif général poursuivi par notre travail, a été de démontrer en quoi la Rse peut contribuer à une maîtrise des risques opérationnels en milieu bancaire », précise Jacques Minane.

Pour éviter les situations délicates, le chercheur préconise le renforcement et le respect des procédures internes, le respect du code éthique et de la déontologie, le respect de la législation fiscale, la formation professionnelle, la communication avec les parties prenantes, le renforcement de la communication Rse, etc. Et il pense que ce qui est valable pour les banques l’est aussi pour d’autres secteurs d’activités.

Au Cameroun, certaines entreprises perçoivent la Responsabilité sociale comme de la philanthropie à travers les dons offerts aux différentes parties prenantes. Pour d’autres, il s’agit d’un investissement ciblé, limité aux projets non polluants et non dommageables à l’environnement, entre autres.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here