Engagement de Bonn, le sens de la remobilisation des partenaires de la COMIFAC

0

La session extraordinaire du Conseil des ministres de la Commission des forêts d’Afrique centrale (Comifac) s’est tenue sous le patronage du premier ministre du Congo, Clément Mouamba à Brazzaville. Au sortir de cette rencontre de la Comifac, il est retenu que les partenaires de la Commission doivent se remobiliser le vite possible.

L’urgence de cette remobilisation se justifie par le constat que  depuis une dizaine d’années, le taux annuel de déforestation a atteint 0,4%, soit 800 000 hectares de forêts détruits chaque année ; une menace pour la planète entière, le Bassin du Congo étant le 1er poumon vert de la terre, après l’Amazonie. Pourtant, depuis septembre 2011, à Bonn, en Allemagne, toutes les bases avaient été posées surtout en matière de mobilisation des ressources financières.

Une rencontre qualifiée de tous les enjeux pour la mobilisation des partenaires techniques et financiers, ainsi que de l’engagement des Etats membres de la Comifac à enrayer la dégradation des écosystèmes forestiers. Les partenaires de la Comifac que sont l’Union européenne, le Royaume de Belgique, la Coopération allemande GIZ, l’agence japonaise JICA, le projet régional Redd, la Banque africaine de développement (Bad), la Banque mondiale, l’ONG mondiale l’Union internationale pour la conservation de la nature (Iucn), le Partenariat pour les forêts du Bassin du Congo, le Fonds pour l’environnement mondial, ont planché quelques temps sur l’importance de mobiliser « les ressources pour la mise en œuvre de nos engagements au défi de Bonn ».

Deux jours avant cette session extraordinaire, le secrétaire exécutif de la Comifac, Raymond Ndomba Ngoye, rappelait à un panel d’experts que l’un des objectifs opérationnels de cet engagement est d’« inverser la tendance de la dégradation des forêts et des terres, en augmentant de 25% la superficie des terres reboisées et/ou dégradées d’ici à 2025 dans tous les pays membres. »  Cela passe par des opérations de planting des arbres, la préservation des massifs forestiers, etc.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here